Archive d'illustration
Plein écran
Archive d'illustration © Photo News

Pas de retour à l'école lundi à Liège

La Ville de Liège a décidé de ne pas organiser la rentrée des classes de première année primaire et de deuxième année secondaire lundi prochain, comme proposé dans le plan de déconfinement progressif du Conseil National de Sécurité. Les garanties en termes de locaux disponibles ne sont pas réunies, a-t-on indiqué vendredi à l'échevinat de l'instruction publique.

Willy Demeyer, bourgmestre de Liège
Plein écran
Willy Demeyer, bourgmestre de Liège © BELGA

Conformément au plan de déconfinement, la Ville de Liège a organisé la rentrée des élèves de sixième année du primaire et du secondaire lundi dernier. Par contre, concernant les autres années appelées à retourner à l'école dès lundi (première/deuxième primaire et deuxième secondaire), la Ville a décidé de ne pas organiser leur rentrée, conformément à l'avis de la commission paritaire locale. 

Celle-ci a estimé que les garanties en termes de locaux disponibles n'étaient pas réunies, au vu des contraintes inhérentes à la distanciation physique et au respect de la logique du silo social.

“Préférable de poursuivre les relations à distance”

"Considérant que les enfants de première primaire ne sont pas appelés à porter un masque et qu'ils ne sont pas en capacité de maintenir la distanciation sociale tout au long d'une journée, il est préférable, selon l'avis unanime des enseignants et en application du principe de précaution, de poursuivre les relations à distance", précise-t-on à l'échevinat de l'instruction publique. 

Pour les classes de première/deuxième primaire, une rentrée n'est donc pas envisagée avant le 30 juin. Par contre, pour les élèves de deuxième secondaire, il convient d'abord d'examiner l'impact de la rentrée des classes terminales, où les taux de présence sont de l'ordre de 75%, avant d'envisager une nouvelle phase.

  1. Encore un milliard d'euros pour faire face à la crise: “L’argent dépensé, il faudra le récupérer quelque part”

    Encore un milliard d'euros pour faire face à la crise: “L’argent dépensé, il faudra le récupérer quelque part”

    La commission des Finances de la Chambre a approuvé mardi, à l'unanimité moins l'abstention du PTB, le projet de loi qui couvre les crédits fédéraux pour avril, mai et juin. Le texte accorde un milliard d'euros à la provision interdépartementale afin de faire face aux dépenses urgentes de la crise. Une grande partie sera affectée aux dépenses sanitaires, a indiqué le ministre du Budget, David Clarinval.