Photo prétexte
Plein écran
Photo prétexte © AFP

“Porter un masque en rue n'est pas nécessaire"

Emmanuel André, porte-parole interfédéral Covid-19, a répété avec insistance mercredi lors du point presse quotidien du SPF Santé publique et du Centre de crise, qu'il n'était "pas nécessaire" de porter un masque en rue.

"Porter un masque en rue peut donner une fausse impression de protection car les personnes qui en portent font moins attention à l'hygiène de leurs mains", a-t-il pointé. Lorsqu'on place ou enlève le masque, on risque de se contaminer.

Rappel des règles

Pour éviter la propagation du coronavirus et d'être contaminé, il faut dès lors respecter les règles qui ont été édictées: éviter tout déplacement non-essentiel (ne pas sortir sauf pour se soigner, faire des courses, prendre l'air et travailler si le télétravail est impossible), respecter la distanciation sociale avec 1,5 mètres entre chaque individu, se laver régulièrement les mains...

La Belgique compte 4.937 cas de contamination détectés au Covid-19 et 178 décès. Seules les personnes fortement malades et le personnel soignant sont testés pour confirmer leur infection. Les données révélées quotidiennement ne reflètent dès lors pas le nombre exact de contaminations dans le pays. 

  1. Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confinement

    Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confine­ment

    Une enquête menée par l’agence iVOX auprès de 5.000 Belges nous en apprend davantage sur le bonheur (familial) en pleine crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Selon l’étude, nous nous disputons moins avec notre partenaire, mais plus souvent avec les enfants. Dans le même temps, nous sommes reconnaissants de pouvoir passer plus de temps avec nos familles et nous voulons améliorer nos vies après cette crise.
  2. Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”
    Roulers

    Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”

    Du matin au soir, Mohammad Qader Mohammadi, 42 ans, est assis derrière sa machine à coudre pour fabriquer des masques buccaux pour le personnel soignant. Qader a fui son pays natal, l’Afghanistan, il y a plus de dix ans. Durant cette crise sanitaire, il souhaite rendre service à la Belgique qui l’a aidée. “Je suis diabétique, donc j’appartiens moi-même au groupe à risque, mais je sais combien il est important de bien vous protéger”, confie-t-il.