Une physiothérapeute à l'hôpital Erasme, à Bruxelles.
Plein écran
Une physiothérapeute à l'hôpital Erasme, à Bruxelles. © AFP

Une surmortalité évidente en Belgique

"Entre le 16 mars et le 3 mai 2020, nous observons 7.794 décès supplémentaires (51% d'excès de mortalité) par rapport à ce qui était attendu sur la base des cinq dernières années", fait remarquer vendredi Sciensano dans son rapport quotidien sur le Covid-19. Au total, 323 décès supplémentaires ont été recensés chez les 15-64 ans, 3.313 décès supplémentaires chez les 65-84 ans et 4.791 décès supplémentaires chez les plus de 85 ans.

Les excès de mortalité pour les semaines 14 (du 30 mars au 5 avril), 15 (du 6 au 12 avril) et 16 (13 au 19 avril) atteignent respectivement 81,2%, 95,3% et 71,3%, indique Sciensano. "À partir du 27 avril, la surmortalité a fortement diminué, mais nous observons encore quelques jours de surmortalité significative en semaine 18 et 19 particulièrement pour les personnes de plus de 65 ans, peut-on encore lire dans le rapport de l'institut scientifique.

Le nombre total de décès toutes causes confondues a considérablement augmenté chaque semaine entre le 16 mars et le 12 avril avec 4.018 et 4.275 décès observés en semaine 14 et en semaine 15. "Bien que le nombre de décès par semaine reste très élevé, nous constatons une diminution à partir du 13 avril", précise l'institut scientifique. La semaine précédente a donc constitué le pic de la surmortalité toutes causes confondues. Ce pic est survenu quatre semaines après l'application des premières mesures de confinement. 

En Wallonie, entre le 16 mars et le 3 mai 2020 (semaines 12 à 18), 2.841 décès supplémentaires ont été constatés par rapport à ce qui était attendu sur la base des cinq dernières années. À Bruxelles, ce nombre est de 1.325 décès supplémentaires et en Flandre, de 3.625 décès supplémentaires. 

  1. Kidnapping à Genk: le principal suspect était sous conditions probatoires

    Kidnapping à Genk: le principal suspect était sous conditions probatoi­res

    Le principal suspect dans l'enlèvement d'un enfant limbourgeois de 13 ans, Khalid Bouloudo, 45 ans et originaire de Maaseik, a déjà été condamné pour son passé d'islamiste radical. Il avait écopé de dix ans de prison en première instance, mais la cour d'appel de Bruxelles a revu cette condamnation en mai 2019 à trois ans de prison avec sursis, couplés à une période probatoire de cinq ans. Malgré ces conditions, il semble que le quadragénaire ait disparu des radars et ait continué à recruter des extrémistes afin de monter cette récente prise d'otages.