Sophie Wilmès.
Plein écran
Sophie Wilmès. © EPA

Wilmès se joint à huit autres dirigeants européens pour appeler à créer des “corona bonds”

Les dirigeants de neuf pays européens, dont la Belge Sophie Wilmès, le Français Emmanuel Macron et l'Italien Giuseppe Conte, ont appelé mercredi dans une lettre au président du Conseil européen Charles Michel à la création de "corona bonds" ou "obligations corona", afin de disposer de fonds importants face à la crise sanitaire.

"Nous devons travailler à un instrument de dette commun émis par une institution européenne pour lever des fonds sur le marché (...) au profit de tous les États membres, pour assurer un financement stable à long terme aux mesures politiques nécessaires pour faire face aux dommages causés par la pandémie" actuelle de Covid-19, écrivent ces dirigeants dans ce courrier.

Cette lettre est signée par Sophie Wilmès, Emmanuel Macron et Giuseppe Conte, mais également par les chefs de gouvernement de Grèce, d'Irlande, du Luxembourg, du Portugal, de Slovénie et d'Espagne.

“Tout ce qui peut aider sera déployé”

La mutualisation des dettes des pays européens est fréquemment réclamée par les pays particulièrement endettés du sud de l'Europe, comme l'Italie, mais elle est habituellement rejetée par les pays du nord, comme l'Allemagne et les Pays-Bas, plus vertueux en matière budgétaire et qui refusent une mutualisation du risque.

L'appel a récemment été relancé par l'Italie, durement frappée par le coronavirus. Le ministre allemand de l'Économie, Peter Altmaier, a cependant balayé cette éventualité mardi. "Je ne peux que recommander de ne pas organiser un faux débat pour des raisons idéologiques, dans lequel chacun déterre sa solution préférée d'il y a cinq ou 10 ans", avait-il commenté. 

Dans un entretien à une radio publique allemande, la présidente de la Commission européenne, l'Allemande Ursula von der Leyen, s'était quant à elle montrée ouverte la semaine dernière à la création de "coronabonds", précisant que "tout ce qui peut aider sera déployé” au niveau européen.

  1. Le dérapage du préfet de police de Paris: “Les patients en réanimation n’ont pas respecté le confinement”
    Play

    Le dérapage du préfet de police de Paris: “Les patients en réanimati­on n’ont pas respecté le confine­ment”

    Ce vendredi, le préfet de police de Paris a tenu un point presse à l’aube du début des vacances de Pâques. Mais lors de son intervention, Didier Lallement a tenu des propos chocs en estimant que les personnes hospitalisées en réanimation aujourd'hui étaient celles qui n’avaient pas respecté le confinement. Quelques heures plus tard, face à la polémique, il a regretté ses propos dans un communiqué.