Plein écran
Ahmed Laaouej (PS). © BELGA

La mission de préformation, de la “courtoisie démocratique” selon Ahmed Laaouej

Le socialiste Rudy Demotte et le N-VA Geert Bourgeois ont été chargés par le Roi d’une mission de préformation ce mardi. Mais cette tentative de déminer le terrain entre les deux premiers partis du pays ne s’apparente qu’à de la “courtoisie démocratique”, commente-t-on du côté socialiste.

“Je ne vois pas ce qui aujourd’hui rapproche le PS et la N-VA. Quand je vois les mesures antisociales et les relents d’extrême droite en Flandre. Il n’y a pas de points communs. Le palais a repris la main sur les négociations. Il s’agit de courtoise démocratique”, a expliqué le chef de groupe PS à la Chambre Ahmed Laaouej à la RTBF.

Le MR appelle à “rentrer dans le vif du sujet”

Le MR a lui indiqué mardi espérer que le passage d’une mission d’information à celle de “préformation” d’un gouvernement fédéral marque une réelle “avancée dans les négociations”. “La dégradation des paramètres macroéconomiques, les incertitudes autour du Brexit, l’explosion des coûts liés au vieillissement, les attentes en termes de pouvoir d’achat, les aspirations climatiques sont autant d’urgences qui en appellent à notre sens des responsabilités. La situation actuelle d’affaires courantes n’a pas vocation à perdurer. Elle ne permet pas d’apporter une réponse satisfaisante aux défis cités précédemment”, rappelle via communiqué Sophie Wilmès, chargée des négociations au niveau fédéral pour le MR.

Des “contacts intensifs” avant d’éventuelles négociations

Les libéraux espèrent la formation d’un gouvernement “le plus rapidement possible”, et estiment qu’il est “grand temps de rentrer réellement dans le vif du sujet”.

Si les préformateurs ont bien reçu pour mission de tenter de préparer le terrain en vue de la formation d’un exécutif fédéral, Rudy Demotte et Geert Bourgeois ont pourtant soigneusement évité mardi matin de parler réellement de “négociations” directes, tant les positions des deux partis censés en former l’axe (PS et N-VA) sont éloignées. Geert Bourgeois et Rudy Demotte ont davantage évoqué l’idée de “contacts intensifs”, pour “déterminer s’il y a possibilité de débuter des négociations de formation de gouvernement” autour de ces deux formations politiques principales.

Très peu de chances d’avoir un gouvernement avant la fin de l’année selon Geens

Koen Geens, qui a indiqué mardi matin qu’il mènerait les discussions pour le CD&V dans l’attente d’un nouveau président de parti, a encore estimé le jour-même aux micros de la RTBF et de la VRT qu’il n’y avait que très peu de chances d’avoir un gouvernement avant la fin de l’année. 

  1. Jean-Claude Marcourt dénonce une “dérive totale”:  “Stéphane Moreau pète tous les plafonds”

    Jean-Clau­de Marcourt dénonce une “dérive totale”: “Stéphane Moreau pète tous les plafonds”

    Jusqu'ici silencieux dans le dossier Nethys/Publifin, l'homme fort du PS liégeois, Jean-Claude Marcourt, prend la parole dans les colonnes de Sudpresse, vendredi. "On ne peut qu'être effaré devant des sommes pareilles, spécialement en ce qui concerne Stéphane Moreau. Il pète tous les plafonds!", s'offusque celui dont la responsabilité dans l'affaire a parfois été pointée du doigt.
  2. Michel, le gouvernement le plus contesté depuis Dehaene 1er

    Michel, le gouverne­ment le plus contesté depuis Dehaene 1er

    Le gouvernement Michel (N-VA-MR-CD&V-Open VLD) termine à la deuxième place derrière le gouvernement Dehaene Ier (1992-1995, associant CVP, PS, SP et PSC) dans le classement des exécutifs les plus contestés, rapporte vendredi La Libre. Le pays a connu l'an dernier 422.249 jours de grève (l'addition des jours de grève de tous les salariés/fonctionnaires en Belgique), a calculé le Centre de recherche et d'information socio-politiques (Crisp).