Plein écran
Peter Mertens, président du PVDA -PTB. © BELGA

La note de Bart De Wever porte “l’empreinte du Belang”

L'opposition en Flandre s'est montrée lundi très critique envers la note de départ de l’informateur Bart De Wever publiée en matinée. Ce dernier n'a aucune ambition en matière de réduction de la pauvreté, de logement ou de climat, fustige le PVDA. Les écologistes déplorent aussi une vision "fermée de l'identité flamande". Ils voient dans le texte "l'empreinte très claire du Vlaams Belang". Bart De Wever ignore le signal social de l'électeur, tranche le PVDA.

Le parti d'extrême gauche pointe notamment l'absence de référence à la pauvreté infantile, "une situation qui concerne pourtant un enfant sur six". 

Pour combattre la pauvreté en général, la formation de Peter Mertens plaide pour des logements accessibles, des emplois de qualité et des factures d'énergie en baisse. Sur ces points, la note est très insuffisante, estime le PVDA. "Au lieu de s'attaquer aux problèmes majeurs, on met l'accent sur la sanction en soumettant les protections sociales à toujours plus de conditions.”

À l'instar de Groen, le parti marxiste fustige une vision "dure" de l'identité, une politique "qui dresse des murs entre les gens plutôt que des ponts". "Le signal est clair: la diversité n'est pas vue comme un enrichissement mais comme une menace".

"La note a été écrite à quatre mains" par le formateur et le président du Vlaams Belang Tom Van Grieken, insistent les Verts. "L'instrumentalisation de la (chaîne publique) VRT, de l'enseignement et de nos institutions culturelles au profit d'une identité flamande à définir, c'est d'un autre temps. Bruxelles semble mise sous curatelle, tout doit être mis au service de la nation flamande", critique Groen.

Sur le climat, “la Flandre fait du surplace”

Les deux principaux partis d'opposition se rejoignent encore sur la faiblesse climatique de la note. "Il n'y a pas d'engagement ambitieux. Contrairement à l'Allemagne et aux Pays-Bas, la Flandre fait du surplace", tacle Groen. "La note ne contient pas un mot sur les deux principales mesures à introduire en vue de la transition climatique: une taxe kilométrique intelligente et l'arrêt du béton."

  1. Une affaire de pédophilie hors norme devant la justice belge
    mise à jour

    Une affaire de pédophilie hors norme devant la justice belge

    Cinq hommes – trois Belges, un Néerlandais et un Britannique - sont accusés d’être au cœur d’un réseau pédophile sans précédent, qui a été actif en Belgique et à l’étranger. Ils auraient durant plusieurs années, fabriqué et diffusé de la pédopornographie. Il est question de 9 millions de photos et vidéos. Les suspects, pères de famille et célibataires, comparaissent vendredi devant le tribunal correctionnel de Termonde. Il y aurait des milliers de victimes, dont 38 ont pu être identifiées pour l’instant par les enquêteurs. Il s’agit des propres enfants des suspects, beaux-enfants et enfants de connaissances. “C’est le plus gros dossier depuis la création de Child Focus”, confirme Kris Luyckx, l’avocat qui représente l’organisation qui lutte contre l’exploitation sexuelle des enfants.
  2. Un cas d'euthanasie devant les assises: “J'ai agi en respectant la loi”

    Un cas d'euthana­sie devant les assises: “J'ai agi en respectant la loi”

    Le médecin qui a procédé à l'euthanasie volontaire de Tine Nys (38 ans) en 2010, et qui doit répondre d'empoisonnement devant la cour d'assises de Gand, a indiqué lundi qu'il s'était conformé à la loi sur l'euthanasie. "J'ai effectué une euthanasie légalement correcte. Celle-ci a été approuvée à l'unanimité par les personnes qui examinent les conditions légales", a déclaré le médecin, se référant à la Commission fédérale de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie.