Plein écran
Jean-Luc Crucke, vice-président du MR. © BELGA

“Le MR ne veut pas parler du confédéralisme”

Les libéraux francophones du MR refusent de parler du confédéralisme. Jean-Luc Crucke, vice-président national du parti, l'a répété clairement mercredi dans l'émission "De Ochtend" de Radio 1. Selon lui, des négociations sur le sujet seraient un pas vers la fin de la Belgique. "Celui qui veut cela, n'a qu'à déménager", martèle-t-il. 

Jean-Luc Crucke s'inscrit de cette manière dans la lignée des propos de sa camarade de parti, la ministre démissionnaire du Budget, Sophie Wilmès qui s'indignait mardi que l'ancien ministre-président bruxellois Charles Picqué (PS) "dise clairement que le PS est prêt à négocier le confédéralisme avec la N-VA". "Ce grand troc entre le PS et la N-VA est tout simplement inacceptable pour le MR", déclarait-elle dans les colonnes de la Dernière Heure. 

Même s'il s'inscrit en droite ligne avec les propos de Sophie Wilmès, Jean-Luc Crucke laisse toutefois une ouverture pour des discussions sur des questions institutionnelles. "Il existe tellement de définitions du confédéralisme que la N-VA n'en a même pas. Nous devons certainement être en mesure de parler de possibilités de rendre le pays plus gérable à long terme". Mais, selon M. Crucke, il appartient d'abord aux plus grands partis de Flandre et de Wallonie - la N-VA et le PS - de s'asseoir autour de la table. "Sinon, on ne trouvera pas de solution". 

Le président du sp.a, John Crombez, est d'accord sur ce dernier point. Dans l'émission Terzake de mardi soir, le socialiste flamand n'a pas exclu des discussions institutionnelles. Si le PS et la N-VA se mettent autour de la table, "le maintien du socle fédéral de la sécurité sociale sera certainement mis à l'ordre du jour. Mais si on veut parler de l'organisation du pays - que l'on appelle cela confédéralisme ou autre chose - il faudra qu'un grand parti le demande et il faudra aussi bien l'écouter". 

Le sp.a se montre disponible pour des discussions mais ne prendra pas part à un gouvernement fédéral si sa participation n'est pas nécessaire pour arriver à une majorité, ajoute Crombez.

  1. Une affaire de pédophilie hors norme devant la justice belge
    mise à jour

    Une affaire de pédophilie hors norme devant la justice belge

    Cinq hommes – trois Belges, un Néerlandais et un Britannique - sont accusés d’être au cœur d’un réseau pédophile sans précédent, qui a été actif en Belgique et à l’étranger. Ils auraient durant plusieurs années, fabriqué et diffusé de la pédopornographie. Il est question de 9 millions de photos et vidéos. Les suspects, pères de famille et célibataires, comparaissent vendredi devant le tribunal correctionnel de Termonde. Il y aurait des milliers de victimes, dont 38 ont pu être identifiées pour l’instant par les enquêteurs. Il s’agit des propres enfants des suspects, beaux-enfants et enfants de connaissances. “C’est le plus gros dossier depuis la création de Child Focus”, confirme Kris Luyckx, l’avocat qui représente l’organisation qui lutte contre l’exploitation sexuelle des enfants.
  2. Un cas d'euthanasie devant les assises: “J'ai agi en respectant la loi”

    Un cas d'euthana­sie devant les assises: “J'ai agi en respectant la loi”

    Le médecin qui a procédé à l'euthanasie volontaire de Tine Nys (38 ans) en 2010, et qui doit répondre d'empoisonnement devant la cour d'assises de Gand, a indiqué lundi qu'il s'était conformé à la loi sur l'euthanasie. "J'ai effectué une euthanasie légalement correcte. Celle-ci a été approuvée à l'unanimité par les personnes qui examinent les conditions légales", a déclaré le médecin, se référant à la Commission fédérale de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie.