Plein écran
Sophie Wilmès. © Photo News

Sophie Wilmès: “Le PS s'engage dans la dynamique du confédéralisme”

Charles Picqué (PS) a lancé un pavé dans la mare vendredi dernier, en assurant que la N-VA devait "envoyer le signal qu'ils sont prêts à payer un prix socio-économique en échange de leur confédéralisme". Preuve que le PS s'engage dans la dynamique du confédéralisme, selon Sophie Wilmès (MR), ministre du Budget, citée dans la Dernière Heure parue ce mardi. 

"Charles Picqué dit clairement que le PS est prêt à négocier le confédéralisme avec la N-VA! Si cette position est confirmée par la présidence du PS, le raisonnement consiste donc bien à faire payer la N-VA pour son projet institutionnel", s'exclame Sophie Wilmès dans les colonnes du journal. 

Le Bruxellois, Charles Picqué, avait assuré s'exprimer en son nom propre. Ce discours diffère fortement de la version officielle du PS. Reste que, selon les informations de la DH, plusieurs élus socialistes partagent sa vision.

“Ce grand troc entre le PS et la N-VA est tout simplement inacceptable pour le MR”

"Ce grand troc entre le PS et la N-VA est tout simplement inacceptable pour le MR. Nous n'avons pas mis le communautaire au frigo pendant cinq ans sous le gouvernement Michel pour, tout à coup, plonger dans les préludes de la séparation de la Belgique", reprend Sophie Wilmès, dont le nom est évoqué pour succéder à Charles Michel à la tête du MR. "C'est la première fois depuis quarante ans qu'on a réussi à mettre en place un stop institutionnel dans ce pays. Il doit se prolonger pour qu'on se concentre sur les urgences socio-économiques. En Belgique, quand on fait de l'institutionnel, on ne fait que ça. Or, il y a des chantiers cruciaux qui nous attendent!”

Alors que le blocage fédéral reste complet, la possibilité d'un nouveau vote est évoquée avec de plus en plus d'insistance au sein des états-majors des partis. "Je n'imagine pas qu'on retourne aux urnes de sitôt. Ce serait un sérieux aveu d'échec de la classe politique ", conclut Sophie Wilmès. "Ce serait comme jouer à la belote et demander au donneur de redistribuer les cartes jusqu'à ce que l'on ait une bonne main (...).

  1. Une affaire de pédophilie hors norme devant la justice belge
    mise à jour

    Une affaire de pédophilie hors norme devant la justice belge

    Cinq hommes – trois Belges, un Néerlandais et un Britannique - sont accusés d’être au cœur d’un réseau pédophile sans précédent, qui a été actif en Belgique et à l’étranger. Ils auraient durant plusieurs années, fabriqué et diffusé de la pédopornographie. Il est question de 9 millions de photos et vidéos. Les suspects, pères de famille et célibataires, comparaissent vendredi devant le tribunal correctionnel de Termonde. Il y aurait des milliers de victimes, dont 38 ont pu être identifiées pour l’instant par les enquêteurs. Il s’agit des propres enfants des suspects, beaux-enfants et enfants de connaissances. “C’est le plus gros dossier depuis la création de Child Focus”, confirme Kris Luyckx, l’avocat qui représente l’organisation qui lutte contre l’exploitation sexuelle des enfants.
  2. Un cas d'euthanasie devant les assises: “J'ai agi en respectant la loi”

    Un cas d'euthana­sie devant les assises: “J'ai agi en respectant la loi”

    Le médecin qui a procédé à l'euthanasie volontaire de Tine Nys (38 ans) en 2010, et qui doit répondre d'empoisonnement devant la cour d'assises de Gand, a indiqué lundi qu'il s'était conformé à la loi sur l'euthanasie. "J'ai effectué une euthanasie légalement correcte. Celle-ci a été approuvée à l'unanimité par les personnes qui examinent les conditions légales", a déclaré le médecin, se référant à la Commission fédérale de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie.