Plein écran
Rudi Vervoort (PS). © Photo News

À mi-chemin, les négociateurs bruxellois ont encore plusieurs obstacles à franchir

Les représentants des six formations engagées dans la course censée les mener à un accord de majorité en Région bruxelloise (PS, Ecolo, DéFI, Groen, Open Vld et one.brussels) ont entamé vendredi une nouvelle après-midi d'échanges autour de la note de Rudi Vervoort. 

Officiellement, aucune communication vers l'extérieur n'est organisée depuis mercredi. Selon un des participant(e)s, ceux-ci ont fait à peu près la moitié du chemin, voire "un peu plus", en première lecture/réécriture, ligne par ligne, de ce document.

A priori la réunion de vendredi devrait s'achever plus tôt que celle de jeudi: les négociateurs avaient alors quitté le parlement bruxellois, semble-t-il, sur le coup de 23 heures. 

Un gouvernement pour le 21 juillet reste possible

Il leur reste plusieurs gros obstacles à franchir, a-t-on appris à l'arrivée des représentants des six partis. C'est notamment le cas de tout le bi-communautaire qui n'a pas encore été abordé.  Idem pour les matières gérées par les seuls francophones au sein de la Commission Communautaire française. PS, Ecolo et DéFI, s'y attaqueront durant la journée de pause liée à la fête de la Communauté flamande, le 11 juillet prochain. 

Sauf catastrophe, l'objectif est toujours d'aboutir d'ici le 21 juillet, du moins en ce qui concerne les prestations de serment des futurs ministres. Le vote de confiance pourrait intervenir soit juste avant la Fête nationale, soit juste après. 

A partir du début de la semaine prochaine, les travaux devraient s'intensifier. 

  1. La Wallonie pourrait vendre ses crédits d’émissions de CO2 à la Flandre

    La Wallonie pourrait vendre ses crédits d’émissions de CO2 à la Flandre

    La Flandre n'atteindra sans doute pas les objectifs que l'Union européenne lui a fixés en matière de réduction des émissions de CO2, à savoir une réduction de 15,7 % entre 2005 et 2020. Elle pourrait dès lors racheter des crédits d'émissions à la Wallonie, ce que n'a pas formellement exclu le ministre wallon de l'Environnement, Philippe Henry (Ecolo), interrogé sur le sujet lundi, en commission du Parlement de Wallonie.