Plein écran
Hilde Crevits. © BELGA

Hilde Crevits ne vise plus la ministre-présidence flamande: “Ce n'est plus réaliste”

Le CD&V collaborera de manière constructive à toutes les discussions qui se présenteront. Et cela, au départ d'une "position modeste", a déclaré dimanche soir Hilde Crevits, la tête de liste pour le parti au parlement flamand.

MMe Crevits, candidate ministre-présidente flamande du CD&V, a précisé qu'elle ne collaborerait pas à "des discussions qui porteraient sur les moyens de bloquer davantage le pays". Elle espère que les forces positives uniront leurs forces "avec le CD&V si possible, modestement". 

Les résultats provisoires du parti ne sont pas bons mais devraient s'améliorer, selon Hilde Crevits. "On a besoin de nous et nous sommes nécessaires", a ajouté Mme Crevits

“Nous devons tous réfléchir à ce qui n’a pas marché”

Dans une interview accordée à la VRT, Hilde Crevits a déclaré que le poste de ministre-présidente à la Région flamande n'était plus réaliste. Elle a ajouté que quasi tous les partis avaient perdu des voix face au Vlaams Belang. "Nous devons tous réfléchir à ce qui n'a pas marché", a-t-elle souligné.

Dans le canton de Torhout (Flandre occidentale), où Mme Crevits se présentait, le CD&V reste le premier parti avec 33,54% des suffrages exprimés mais il a perdu plus de 3% des voix par rapport à 2014. Le Vlaams Belang est le second parti, avec 18,54% et un gain de 14,48%. La N-VA, à 15,38%, en perd 10,19, l'Open Vld à 7,70% (-0,72%) et le sp.a 13,8% (-1,92%). Groen a recueilli 7,38% des voix (+ 0,94%). 

Dans le canton de Beringen (Limbourg), qui compte notamment la commune de Bourg-Léopold dont le président du CD&V, Wouter Beke , est bourgmestre, les sociaux-chrétiens reculent de 4,2 points de pourcentage, avec 16% des voix.  La N-VA y est le premier parti, en dépit d'une perte de près de points de pourcentage, devançant le Vlaams Belang à 21,7%.