Plein écran
Jan Jambon, qui visait dans un premier temps le poste de Premier ministre, sera finalement ministre-président flamand. © Photo News

Jan Jambon nommé formateur d’une suédoise flamande

Mise à jourJan Jambon est nommé formateur de la coalition suédoise en Flandre, a confirmé un dirigeant de la N-VA avant le début du bureau de parti au parlement flamand. L’Open VLD et le CD&V ont quant à eux répondu favorablement à l’invitation de la N-VA à négocier pour former une coalition à trois au nord du pays.

 e CD&V a, après l’Open Vld, indiqué lundi avoir accepté l’invitation de l’informateur flamand et président de la N-VA, Bart De Wever, d’entamer des négociations en vue de la formation d’un nouveau gouvernement régional avec une majorité “suédoise”.

“Le feu est au vert” pour le début des négociations, a indiqué la vice-ministre-présidente sortante du gouvernement flamand, Hilde Crevits, au nom du parti social-chrétien.

La mission de formation reviendra à l’ex-vice-Premier ministre fédéral Jan Jambon, désigné lundi à l’unanimité par le bureau de la N-VA comme candidat ministre-président pour prendre la tête d’une éventuelle coalition suédoise réunissant, outre les nationalistes, les libéraux de l’Open Vld et les sociaux-chrétiens du CD&V.

Eric Van Rompuy: “Nous ne sommes pas un parti d’opposition”

“J’espère retrouver suffisamment de points de notre programme. Mais le CD&V n’est pas un parti d’opposition. Nous sommes un parti de gouvernement”, a déclaré lundi Eric Van Rompuy juste avant le bureau du parti, qui se penchait sur la “note de départ” de l’informateur flamand Bart De Wever.

Eric Van Rompuy espère également que la note constituera une base pour un projet positif.

“Il est très important que la note soit suffisamment débattue au préalable pour éviter les chamailleries par après”, a poursuivi le député Michel Doomst. “C’est toujours le danger, c’est pourquoi nous allons étudier le texte en profondeur.”

Le CD&V devra relever “le défi” d’être le visage social d’une potentielle coalition suédoise, ajoute Raf Terwingen, heureux qu’un premier retour des négociations soit présenté lors du bureau de parti. “Je suis curieux de voir comment les négociateurs ressentent cela.”