Plein écran
Le Parlement wallon. © Photo News

L'heure de la rentrée a sonné aux parlements wallon et bruxellois

Mise à jourLes 75 députés wallons, élus lors du scrutin du 26 mai dernier, feront leur rentrée ce mardi après-midi au parlement de Wallonie qui comptera désormais 23 députés socialistes (-7 par rapport à la législature précédente), 20 MR (-5), 12 Ecolo (+8), 10 cdH (-3)et 10 PTB (+8). Profondément remanié, le parlement bruxellois fait lui aussi sa rentrée ce mardi.

Sur le coup de 14h00, ils se réuniront sous la direction d'André Antoine (cdH), le président sortant, assisté par Rodrigue Demeuse (Ecolo) et Rachel Sobry (MR), qui assumeront provisoirement les fonctions de secrétaire, dévolues par le règlement aux deux plus jeunes membres de l'assemblée.

Les élus installeront les trois commissions de vérification des pouvoirs, chargées principalement de préparer la validation des élections.

Sans incident, les députés prêteront serment dès l'adoption, prévue dans l'après-midi, des rapports de ces commissions.

En 2014, ce qui ne devait être qu'une formalité avait toutefois tourné au vinaigre, la commission de vérification des pouvoirs - au sein de laquelle le MR avait décroché par tirage au sort 4 sièges sur 7 - bloquant le parlement pendant 3 jours et 3 nuits en raison de recours déposés dans différents arrondissements électoraux, dont ceux de Liège, de Verviers et de Charleroi.

Depuis, la procédure a été revue et les parlementaires devraient prêter serment mardi après-midi. Le président de l'assemblée sera ensuite élu, tout comme les membres du bureau du parlement.

A l'issue des élections du 26 mai, l'assemblée régionale, où le cumul des mandats régionaux et locaux est désormais interdit à moins d'avoir obtenu un taux de pénétration permettant de déroger à cette règle, comptera 31 nouveaux élus, pour un âge moyen de 46 ans.

De nouvelles têtes au parlement bruxellois

Comme son homologue wallonne, la Région bruxelloise procédera, mardi après-midi, à l’installation de son nouveau parlement, marquée par un remaniement en profondeur. Plus de la moitié des 89 députés n’en faisaient pas partie sous la législature précédente. Les formations politiques qui le composent seront aussi plus nombreuses. Dans l’attente de l’attribution de la fonction, dans le contexte de la future coalition encore à déterminer, la séance sera présidée par le doyen d’âge, le bourgmestre de Ganshoren Pierre Kompany (cdH). Le père du Diable rouge Vincent Kompany est âgé de 71 ans.

Près de la moitié des députés bruxellois qui ont achevé la législature précédente ne se présentaient plus au scrutin. Le scrutin régional du 26 mai dernier, a confirmé, en le renforçant, le changement de profil significatif de l’assemblée qui se profilait.

Celui-ci s’explique aussi par une composition plus hétéroclite de l’assemblée: les plus forts, en 2014, le PS et le MR ont perdu des plumes (-4 et -5 sièges), tout comme le troisième, DéFI (-2) et le cdH (-3), au profit d’Ecolo (+7) et du PTB (+6).

Du côté flamand, l’Open Vld a perdu deux sièges, le CD&V, un. Groen en a gagné un ce qui lui donne la première place en représentation (4 sièges sur 17). Des petites formations, Agora et Dier Animal, font leur apparition en rejoignant les rangs des listes représentées par un siège (CD&V, Vlaams Belang et PVDA).

En tenant compte des suppléant(e)s appelés à siéger, d’emblée, le parlement bruxellois devrait compter, dans un premier temps, 42 femmes (sur 89), soit six de plus.

Ont été (ré)élus au PS (17; -4), le ministre-président sortant Rudi Vervoort, la secrétaire d’Etat Fadila Laanan, le ministre Rachid Madrane; Delphine Chabbert, Marc-Jean Ghyssels; Ridouane Chahid; Leila Agic; Isabelle Emmery; Jamal Ikazban; Nadia El Yousfi; Julien Uyttendaele; Mohamed Ouriaghli; Emin Özkara; Sevjket Temiz; Hasan Koyuncu; Ibrahim Dönmez. Philippe Close a renoncé à siéger. Il sera remplacé par Martin Casier. Mohamed Ouriaghli ne cumulera pas l’exercice de sa fonction parlementaire avec celle d’échevin de la Ville dont il a annoncé sa démission, lundi.

Chez Ecolo (15 élus; +7), c’est le grand chambardement. Outre les députés sortants Alain Maron, Barbara Trachte, Magali Plovie, Matteo Segers, et Zoé Genot, voire Ahmed Mouhssin qui a déjà siégé par le passé, plus de la moitié des élu(e)s sont nouve(aux)(elles): Kalvin Soiresse Njall; Rajae Maouane; Tristan Roberti; Isabelle Pauthier; Barbara de Radiguès; John Pitseys; Marie Lecocq, Hicham Talhi, et Farida Tahar.

Au MR (13; -5), Vincent De Wolf, Gaëtan Van Goidsenhoven, Dominique Dufourny, Anne-Charlotte d’Ursel; David Weytsman et Viviane Teitelbaum sont repartis pour un tour dans une assemblée qu’ils connaissent. Françoise Schepmans y revient après un détour par la Chambre. Six élu(e)s feront leur apparition dans l’assemblée régionale: Alexia Bertrand; Geoffroy Coomans de Brachène; Clémentine Barzin; David Leisterh; Aurélie Czekalski, et Latifa Aït Baala.

Chez DéFI (10; -2), outre Bernard Clerfayt, Joëlle Maison, Cécile Jodogne, Marc Loewenstein, Emmanuel De Bock, et Michaël Vossaert, le groupe parlementaire accueillera pour la première fois, Marie Nagy qui avait déjà siégé au parlement régional sous d’autres couleurs; Christophe Magdalijns, ex-bourgmestre faisant fonction d’Auderghem; Jonathan de Patoul; et Ariane de Lobkowicz-d’Ursel.

Au PTB, Youssef Handichi et Françoise De Smedt rempilent aux côtés de huit nouveaux: Francis Dagrin; Stéphanie Koplowic; Jean-Pierre Kerckhofs; Elisa Groppi; Petya Obolensky; Caroline De Bock; Leila Lahssaini; et Luc Van Cauwenberghe.