Plein écran
Laurette Onkelinx et Rudi Vervoort. © BELGA

Laurette Onkelinx: “On a décidé de nous mettre un sparadrap sur la bouche”

Les négociateurs bruxellois ont repris jeudi matin leurs discussions en vue de la constitution d'une coalition dans la Région-capitale. 

Comme la veille, en fin de journée consacrée à l'économie, l'emploi et le formation, ils s'en sont tenus au silence total souhaité par certains d'entre eux, tout en assurant que les discussions se déroulaient dans une atmosphère positive.

Certains négociateurs ont rejoint le complexe du parlement régional par des accès plus discrets que l'entrée principale de la rue du Lombard. 

"Tout va bien. Nous nous sommes engagés à la discrétion pour ne pas lire dans la presse, ce qu'on aura décidé", s'est contenté de dire le formateur Rudi Vervoort (PS).

"On a décidé de nous mettre un sparadrap sur la bouche... Cela se passe très bien, même", a indiqué Laurette Onkelinx, négociatrice PS, abondant dans le même sens que M. Veroort, et Pascal Smet. 

Au début de la semaine, les négociateurs bruxellois ont convenu de se voir tous les jours à raison d'une succession de journées entières et de demi-journées.

Ils ont jusqu'à présent abordé les chapitres mobilité, en première lecture, et ensuite économie, emploi et formation. 

La réunion du jour devrait durer jusqu'à 18-19 heures.

  1. La Wallonie pourrait vendre ses crédits d’émissions de CO2 à la Flandre

    La Wallonie pourrait vendre ses crédits d’émissions de CO2 à la Flandre

    La Flandre n'atteindra sans doute pas les objectifs que l'Union européenne lui a fixés en matière de réduction des émissions de CO2, à savoir une réduction de 15,7 % entre 2005 et 2020. Elle pourrait dès lors racheter des crédits d'émissions à la Wallonie, ce que n'a pas formellement exclu le ministre wallon de l'Environnement, Philippe Henry (Ecolo), interrogé sur le sujet lundi, en commission du Parlement de Wallonie.