Plein écran
© BELGA

Le CD&V remet la taxe kilométrique sur la table des négociations

Le CD&V a profité des négociations en vue de la formation d'une nouvelle majorité en Flandre pour remettre le projet de taxe kilométrique à l'ordre du jour, un projet qui figurait déjà au programme du gouvernement flamand sortant mais qui avait été enterré juste avant les élections par la N-VA, qui y voyait une augmentation de la pression fiscale.

Invité par Bart De Wever à former une nouvelle majorité en Flandre, le CD&V, partisan de la mesure, a ressorti le projet pour en faire un enjeu de la négociation.

"Cette législature devrait voir la mise en oeuvre de la taxe au moins pour les camions légers", plaide un négociateur chrétien-démocrate flamand. "Il faut aussi réfléchir à son implémentation pour les voitures personnelles, éventuellement lors de la législature suivante".

Avec le succès du commerce électronique notamment, le réseau routier a été envahi de camions légers. En 2017, un demi-millon d'entre elles circulaient sur les routes flamandes. La N-VA ne veut pour l'heure pas entendre parler de cette taxe kilométrique, laquelle affecterait surtout de petits indépendants, fait-elle valoir. 

  1. Les frais d’avocats de Stéphane Moreau couverts à un million d’euros, son salaire garanti pour 250.000
    Mise à jour

    Les frais d’avocats de Stéphane Moreau couverts à un million d’euros, son salaire garanti pour 250.000

    Le salaire de Stéphane Moreau, ex-administrateur délégué de Nethys, filiale de l’intercommunale Enodia, est garanti pour 250.000 euros, tandis que sa défense en justice l’est à hauteur d’un million d’euros, selon les termes d’un contrat d’assurance dont il bénéficie, rapporte vendredi la RTBF. Celui-ci couvre “les administrateurs et dirigeants passés, actuels et futurs d’Enodia” et a été souscrit le 18 juillet 2017.
  2. Un cas d'euthanasie devant les assises: “Les médecins n'ont pas respecté la procédure”

    Un cas d'euthana­sie devant les assises: “Les médecins n'ont pas respecté la procédure”

    Les trois médecins accusés d'avoir empoisonné une femme de 38 ans qui avait sollicité l'euthanasie en 2010 n'ont pas respecté les conditions et la procédure de la loi sur l'euthanasie, a fait savoir le représentant du ministère public dans son acte d'accusation. Le médecin qui a effectué l'euthanasie n'a pas agi dans les règles et les deux autres n'étaient pas indépendants à l'égard de la patiente, a-t-il expliqué vendredi devant la cour d'assises de Flandre orientale.