Plein écran
© BELGA

Les négociateurs flamands abordent un dossier délicat

Les négociateurs N-VA, CD&V et Open Vld pour la formation d'un gouvernement flamand aborderont mercredi le dossier sensible du logement, dont le volet logement social met sous pression la coalition du bourgmestre Bart De Wever à Anvers.

Le groupe de travail "logement" est l'un des quinze que le formateur Jan Jambon (N-VA) a instaurés pour progresser dans les négociations. Il devra notamment se pencher sur une phrase de la note du préformateur Bart De Wever qui a déjà suscité pas mal d'émoi, puisqu'elle stipule que les communes ayant déjà atteint le seuil de 9% de logements sociaux ne recevront plus de financements que pour la rénovation.

Anvers

À Anvers, où la N-VA est en coalition avec les socialistes du sp.a (ainsi que l'Open Vld), ce thème pourrait mettre l'équipe dirigeante en difficultés. Il préoccupe aussi le CD&V. Ce lundi, "De Woonzaak", une plate-forme d'associations de défense des locataires sociaux et de lutte contre la pauvreté, qui comprend notamment le mouvement ouvrier chrétien flamand "Beweging.net" proche du CD&V, a mis en garde les négociateurs: l'objectif des 9%, qui était jusqu'ici considéré comme un seuil, risque de se transformer en un plafond.

Dans ce cas, la plate-forme, qui est dirigée par l'ancien patron de l'agence publique flamande "Wonen Vlaanderen" Hugo Beersmans, menace d'engager des procédures devant le Conseil de l'Europe.

Programme

Les quinze groupes de travail mis sur pied par M. Jambon doivent s'être réunis au moins une fois d'ici jeudi, après quoi les négociateurs en chef se retrouveront à nouveau. Les diverses organisations de la société civile flamande seront en outre reçues par les groupes de travail dans les semaines à venir, a-t-on appris lundi.

Plein écran
© Photo News
Plein écran
© BELGA
  1. Combien une vie vaut-elle? “Il faut d’urgence poser des limites aux firmes pharmaceutiques”

    Combien une vie vaut-el­le? “Il faut d’urgence poser des limites aux firmes pharmaceu­ti­ques”

    Le cas de la petite Pia, pour laquelle les parents ont dû lancer une vaste campagne de dons par SMS, dévoile le pouvoir quasi absolu des firmes pharmaceutiques quant au tarif fixé pour les formules qu’elles commercialisent. Les centaines de milliers d’euros, voire les millions demandés donnent le vertige et poussent des patients désespérés à faire appel à la générosité du public car les gouvernements rechignent à payer la note. “Nous devons d’urgence poser des limites à l’industrie pharmaceutique car sinon, où les firmes s’arrêteront-elles?”.