Le chef de groupe N-VA à la Chambre, Peter De Roover.
Plein écran
Le chef de groupe N-VA à la Chambre, Peter De Roover. © BELGA

“Nous voulons savoir jusqu'où le Vlaams Belang est prêt à aller pour gouverner”

"Nous voulons savoir jusqu'où le Vlaams Belang est prêt à aller pour mettre en oeuvre sa politique", a déclaré le chef de groupe N-VA à la Chambre, Peter De Roover vendredi soir dans l'émission "De afspraak op vrijdag" de la VRT. Il défend ainsi les discussions menées par la N-VA avec le parti d'extrême droite, qui est sorti vainqueur des élections du 26 mai en Flandre.

"S'ils placent la barre à un niveau proche de la N-VA, alors nous serons fous d'exclure l'électeur (du VB, NDLR)", a dit le député nationaliste. "Le président du Vlaams Belang Tom Van Grieken est pour la première fois face à un dilemme: choisir son programme ou le compromis.”

"Si demain le VB fixe des exigences - nous en avons eu des exemples cette semaine - qui ne nous conviennent pas du tout, alors la réponse sera 'non'", a poursuivi Peter De Roover.

La balle est dans le camp de Tom Van Grieken, qui doit surveiller "l'hygiène interne" de son parti, selon lui: "S'il ne veut pas fournir cette pureté et cette clarté, il se tient lui-même à l'écart de la possibilité de participer au pouvoir". "Je veux savoir si ces personnes peuvent fonctionner dans une coalition normale.”

En tant que premier parti du nord du pays, la N-VA a la main pour mettre sur pied une coalition pour la Région flamande. Le parti mène en ce sens une série d'entretiens avec les autres formations politiques. 

  1. Encore un milliard d'euros pour faire face à la crise: “L’argent dépensé, il faudra le récupérer quelque part”

    Encore un milliard d'euros pour faire face à la crise: “L’argent dépensé, il faudra le récupérer quelque part”

    La commission des Finances de la Chambre a approuvé mardi, à l'unanimité moins l'abstention du PTB, le projet de loi qui couvre les crédits fédéraux pour avril, mai et juin. Le texte accorde un milliard d'euros à la provision interdépartementale afin de faire face aux dépenses urgentes de la crise. Une grande partie sera affectée aux dépenses sanitaires, a indiqué le ministre du Budget, David Clarinval.