Plein écran
Peter Mertens, président du PTB. © Photo News

Pourquoi le PTB était absent du grand débat des présidents sur la RTBF

Peter Mertens n’était pas présent au grand débat des présidents des partis francophones programmé hier soir sur la RTBF. Le président du PTB a en effet préféré se rendre sur la VRT. 

Peter Mertens avait pourtant accepté l’invitation de la chaîne publique francophone il y a plusieurs semaines. Quelques heures avant le direct, Raoul Hedebouw, porte-parole du PTB, a expliqué ce choix. “Comme vous le savez, nos scores en Flandre étant très justes pour être élu (...), c’est donc une priorité pour lui de participer au débat de la VRT”. Dans l’émission “Terzake”, l’homme fort du parti de gauche faisait face à Maggie De Block, ministre sortante de la Santé (Open Vld).

Raoul Hedebouw aurait-il pu remplacer son président sur le plateau de la RTBF? Non, car le règlement de la chaîne l’interdit “et puis les présidents des partis traditionnels étaient moins enthousiastes à cette idée”, ajoute M. Hedebouw, qui rappelle que le PTB étant un parti unitaire, ils sont “les seuls à être confronté à cette situation”.

  1. Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Réuni sur la côte, à Bredene, dans le cadre du festival ManiFiesta, le PTB a une nouvelle fois revendiqué dimanche la nécessité de mener une "politique de rupture" pour redonner du sens aux citoyens et repousser les extrêmes à droite, le racisme et le séparatisme. Mais à les entendre, les partis traditionnels n'ont toujours pas entendu le message de l'électeur le 26 mai dernier. Demandeur d'un vaste plan de réinvestissement public de 10 milliards d'euros, le PTB fustige notamment l'opération de privatisation des actifs de Nethys. "C'est ce genre de pratiques que nous reprochons aux dirigeants du parti socialiste. C'est une des raisons principales de notre rupture des négociations avec le PS pour un nouveau gouvernement wallon", a indiqué le président Peter Mertens.