Plein écran
Thierry Bodson. © belga

Thierry Bodson: “On a volé l'exercice démocratique aux citoyens wallons”

Le secrétaire général de la FGTB wallonne a durement critiqué l’attitude du cdH et du PTB qui ont rapidement décidé de rester dans l’opposition en Wallonie, laissant ainsi peu de solutions possibles pour la formation du prochain gouvernement. “On a d’une certaine façon volé l'exercice démocratique aux citoyens wallons”, s'est insurgé Thierry Bodson sur les ondes de La Première ce mardi matin.

Quelques jours après sa cuisante défaite enregistrée lors des dernières élections fédérales et régionales, le cdH avait annoncé par la voix de son président Maxime Prévot qu’il optait pour une cure d’opposition, entendant par là le signal des électeurs.  Le PTB, lui, avait rapidement (et avec fracas) claqué la porte des négociations, sous prétexte que socialistes et écologistes n’étaient pas prêts à lui offrir la “rupture” désirée en Wallonie.

Bodson à propos du cdH et du PTB: “On a deux partis qui ont pensé à eux d’abord”

L’attitude des communistes et des humanistes a fortement déplu à Thierry Bodson, le secrétaire général de la FGBT wallonne, qui avait clairement appelé avant les élections à un gouvernement très à gauche, si possible une tripartite PS-PTB-Ecolo. Son voeu ne se réalisera pas. Pire, avec le retrait du cdH, le MR est devenu incontournable au sud du pays, ce qui agace forcément le syndicat socialiste.

“On a deux partis qui ont pensé à eux d’abord, et pas aux gens d’abord, il faut que ce soit très clair. Je suis vraiment fâché par rapport à ce genre de décisions parce que cela signifie qu’il ne reste que deux coalitions possibles en Wallonie”, regrette Thierry Bodson. Selon lui, "on a donc d’une certaine façon volé l'exercice démocratique aux citoyens wallons”, fustige-t-il.

“Le PS est aussi incontournable que la N-VA” 

Le syndicaliste est également revenu sur les négociations au niveau fédéral, en rappelant le poids du Parti socialiste en tant que premier parti francophone et deuxième du pays.

“On considère souvent et en partie, à juste titre, que la N-VA est quasi incontournable mais finalement la séquence qui est en train de se passer, avec le PTB, le CDH et Ecolo qui n’ont pas répondu à l’invitation, on se rend aussi compte que le PS est incontournable pour la constitution d’un éventuel gouvernement au fédéral”, souligne Thierry Bodson. Ainsi, selon lui, “le PS est aussi incontournable que la N-VA” et va pouvoir se montrer gourmand.”