Plein écran
Une soirée à oublier pour le Standard. © BELGA
4
FIN
0
  • Gabriel Martinelli 13' 16'
  • Joe Willock 22'
  • Dani Ceballos 57'

Leçon de football et correction, le Standard coule à Arsenal

Le Standard rêvait d’imiter Genk et le Club de Bruges en allant chercher quelque chose sur la pelouse du mythique Emirates Stadium d’Arsenal. Les espoirs liégeois ont été définitivement enterrés en à peine plus de 20 minutes. La jeunesse des Gunners était trop forte pour un Standard un peu trop tendre. Et si les Rouches, roués de coups, ont tenté de faire bonne figure, le mal était déjà fait. Les Liégeois se consoleront avec leur bilan comptable: trois points sur six, c’était le minimum espéré et ça permet aux hommes de Michel Preud’homme de rester en course pour la qualification: Arsenal occupe la tête du groupe avec six points, devant le Standard et Francfort.

Le match

Soyons clairs: on avait imaginé une autre issue à ce déplacement de prestige. Encore plus après l’exploit brugeois à Bernabeu et la bonne prestation de Genk contre le Napoli. On pensait le Standard, soutenu par ses 3000 fervents supporters, capable d’au moins bousculer les Gunners et leur effectif remanié. Les jeunes joueurs d’Arsenal (23 ans de moyenne d’âge pour le onze de base) avaient quelque chose à prouver et le Standard, beaucoup trop friable défensivement, a payé l’addition au prix fort. Arsenal était clairement trop fort ce soir, mais les Rouches n’ont pas non plus été à la hauteur de leur réputation.

Plein écran
Tout alllait un peu trop vite pour le Standard à Arsenal. © BELGA

L’homme du match 

Considéré comme un grand espoir du football brésilien, Gabriel Martinelli, 18 ans et arrivé cet été en Angleterre, n’avait pas encore eu grand-chose à se mettre sous la dent. Mais, s’il n’avait joué que 96 minutes jusqu’ici, il avait déjà fait parler ses qualités en inscrivant un doublé en Coupe de la Ligue. Ce soir, il a fait encore mieux. Pour la première sortie européenne de sa jeune carrière, le jeune talent brésilien s’est offert un doublé et un assist. S’il continue sur sa lancée, Il pourrait s’incruster dans le onze de base d’Unai Emery plus vite que prévu... 

Plein écran
Gabriel Martinelli bourreau du Standard à l’Emirates Stadium. © REUTERS

Le moment marquant

Dans cette rencontre à sens unique, c’est pourtant bien le Standard qui s’est ménagé la première opportunité. Un corner bien donné par Gavory, mal négocié par Martinez et qui est finalement arrivé dans les pieds de Vojvoda. L’ancien Hurlu a tenté une difficile reprise en un temps. Ca s’est envolé. Un but aurait-il pu changer l’issue du match? Ça aurait en tout cas eu le mérite de galvaniser les Rouches et leur public.

Plein écran
© BELGA

La stat

8

Huit minutes, c’est le temps qui s’est écoulé entre le but d’ouverture de Martinelli et la troisième rose londonienne de Willock. Un sérieux coup de massue pour les Rouches : après 22 minutes de jeu, le match du Standard était déjà terminé.

Le tweet 

La phrase 

Citation

Le plan qu’on avait fixé c’était de ne pas encaisser, d’essayer de partir en contre et de leur faire mal comme ça, mais ça n’a pas du tout fonctionné.

Renaud Emond, au micro de la RTBF.
Plein écran
© EPA

La question 

Comment le Standard va digérer cette claque?

De la réponse à cette question dépend peut-être une partie de la saison des Rouches. Quasiment irréprochables en championnat et toujours dans le jeu en Coupe de Belgique, les Liégeois n’avaient encore connu qu’une seule défaite, à Saint-Trond, cette saison. Il faudra rapidement chasser les mauvais souvenirs de ce cauchemar londonien, car le menu qui se dressera sur les route des Rouches dans les prochaines semaines pourrait très vite devenir indigeste. L’Antwerp, Genk, Francfort et le Club de Bruges attendent les Liégeois en 23 jours. Pas le temps de gamberger pour Michel Preud’homme et ses ouailles, il faut déjà se concentrer sur la suite du programme.

Plein écran
Le Standard devra fite faire fi de ce déplacement compliqué à Arsenal, car dimanche c’est à l’Antwerp que les Rouches sont attendus. © EPA
Plein écran
Après Genk et Bruges, un exploit pour les Rouches? © BELGA