Plein écran
© DR

À qui vous fait penser Antonio Banderas sur cette photo?

On dit de “Douleur et Gloire” qu’il est proche de son auteur. Qu’il est peut-être même l’un de ses films les plus intimes. Dès l’apparition d’Antonio Banderas à l’écran, le doute n’est plus permis: Pedro Almodovar a fait de l’un de ses acteurs favoris - huit collaborations déjà - son double cinématographique. La coupe de cheveux, le style vestimentaire, sa profession: Salvador Malo est Pedro Almodovar. 

Même le décor de l’appartement dans lequel il évolue est une copie exacte de l’appartement du réalisateur de “La piel que habito”. Antonio Banderas a confié qu’il n’avait pas voulu pour autant imiter Pedro Almodovar. C’est une auto-fiction, pas une autobiographie. Almodovar sème le doute et c’est exactement de ça, de ce flou entre réalité et fiction, que parle son film.

Plein écran
© DR

Salvador Malo est un réalisateur reconnu qui ne tourne plus de film. Il reste chez lui, pétri d’angoisses et de douleurs (il souffre d’un mal de dos chronique, comme Almodovar). Quand la cinémathèque lui propose de présenter la restauration de l’un de ses anciens films à succès, il recontacte l’acteur principal, à qui il ne parle plus depuis trente ans. 

Ces retrouvailles vont en amener d’autres et replonger le réalisateur vedette dans ses souvenirs passés. Ce film, le 21e du réalisateur, parle de désir, celui qu’un petit garçon a pour sa mère et le désir sexuel et amoureux, celui qui bouleverse tout. Il nous raconte aussi l’obsession, l’addiction, le cinéma. 

Plein écran
© DR

Almodovar nous livre un film intime et doux, loin de l’exubérance habituelle. Antonio Banderas figure parmi les prétendants au prix d'interprétation masculine. “Je me reflète dans ce film davantage que dans aucun autre”, confie Pedro Almodovar, mais tous mes films me représentent. C’est juste qu’aucun ne l’a fait à travers un personnage qui exerce la même profession que moi, et avec une telle ressemblance physique”. Bonne nouvelle, amis cinéphiles: le film est à voir dès à présent au cinéma.

  1. Emilia Clarke va faire battre votre coeur à Noël
    Play

    Emilia Clarke va faire battre votre coeur à Noël

    “Last Christmas”, réalisé par Paul Feig (“Mes meilleures amies”) et écrit par Emma Thompson, met en scène Emilia Clarke dans le rôle d’une jeune Londonienne déjà usée par la vie. Elle a failli mourir et a du mal à tirer le meilleur parti de sa seconde chance. Le film porte le nom du tube de George Michael et Wham! et ce n’est pas un hasard. Elle est au centre de l’histoire et le film présentera quelques nouveaux titres inédits de feu George Michael. “Last Christmas” sortira le 13 novembre dans les cinémas belges.
  2. Laetitia Casta au FIFF à Namur, André Téchiné président du jury

    Laetitia Casta au FIFF à Namur, André Téchiné président du jury

    Le réalisateur français André Téchiné présidera le jury officiel de la 34e édition du Festival du film francophone de Namur (FIFF), qui se tiendra du 27 septembre au 4 octobre dans la capitale wallonne. Avec ses quatre acolytes, il lui reviendra la charge de départager les 12 longs-métrages en compétition officielle. Le jury officiel de la compétition courts-métrages sera quant à lui présidé par la chanteuse Juliette Armanet.