Plein écran
© DR

Pour préparer son film, il a regardé “beaucoup de porno”

Alors qu’il pleure la mort de sa femme, Juhana Lumme renoue avec ses émotions en découvrant le monde du sadomasochisme. C’est le scénario de “Dogs Don’t Wear Pants”, du réalisateur finlandais J.P. Valkeapää, montré à Cannes cette semaine. 

Dans une interview au Hollywood Reporter, le réalisateur explique qu’il ne connaissait rien au SM avant son film. “Je n’avais même pas vu Fifty Shades of Grey”, rigole-t-il.

Cette histoire de veuf qui trouve du réconfort dans le SM lui a parlé tout de suite. “Les images me sont venues à l’esprit.” Pour ses recherches, Valkeapää a regardé “beaucoup de porno” et il a aussi consulté une dominatrice finlandaise célèbre qui vit dans un hôtel particulier à la périphérie d’Helsinki. Avec ses acteurs, il a assisté à une session de SM en tant qu’observateurs.

Dans son film, Valkeapää s’intéresse “au côté humain” de ces pratiques sexuelles diabolisées. “Je voulais savoir ce qui se trouvait sous les perruques, les costumes, le cuir et les fouets.” Réponse? Des choses d’une banalité affligeante. “Sous le fantasme du maître et de l’esclave, il y a une vraie chaleur, une vraie bienveillance”, jure-t-il.