REUTERS
Plein écran
© REUTERS

Julia Ducournau, 37 ans, devient la deuxième réalisatrice de l’histoire à recevoir la Palme d’Or

Le Festival de Cannes a frappé un grand coup en couronnant Julia Ducournau pour une oeuvre furieusement contemporaine, "Titane", la Française devenant la deuxième réalisatrice de l'histoire du festival à recevoir la Palme d'or.

  1. Malaise lors de la conférence de presse de “Bac Nord”: “Je vais peut-être voter Le Pen après ce film”
    7sur7 à Cannes

    Malaise lors de la conférence de presse de “Bac Nord”: “Je vais peut-être voter Le Pen après ce film”

    Les dérives de la police vues du côté de l'uniforme: à rebours de nombreux films sur les quartiers sensibles, "Bac Nord" du réalisateur Cédric Jimenez, présenté à Cannes, plonge dans une affaire qui a fait vaciller la police marseillaise, en adoptant résolument le point de vue des fonctionnaires. Et cet angle de vue a interpellé un journaliste irlandais qui l'a fait savoir au réalisateur en conférence de presse: J’ai vu ça de l’œil d’un étranger et je me suis dit: Peut-être que je vais voter Le Pen après ça”.
  1. Le vent souffle à Cannes: Camélia Jordana en montre trop devant les photographes

    Le vent souffle à Cannes: Camélia Jordana en montre trop devant les photograp­hes

    Le soleil brille mais le vent souffle sur la Croisette, ce mardi. Camélia Jordana est à Cannes dans la section des Talents Adami. La chanteuse et actrice est désormais également réalisatrice. Elle signe le court-métrage “Les racines ardentes”. Tandis qu’elle prenait la pose, ce matin, devant les photographes, un coup de vent a soulevé sa robe-chemise et a offert à Camélia Jordana un moment à la Marilyn Monroe
  2. Leïla Bekhti, la fille qui parlait avec les yeux
    Interview à Cannes

    Leïla Bekhti, la fille qui parlait avec les yeux

    C’est la bonne surprise de fin de Festival: Joachim Lafosse, réalisateur belge sélectionné pour la première fois en compétition, est venu nous cueillir avec “Les intranquilles”, un film qui parle de bipolarité. C’est un sujet très spécifique et à la fois incroyablement universel. “Les intranquilles" est un film d'amour qui interroge: comment on fait pour aimer l’autre quand il ne remplit plus sa part du contrat? Quand il va mal? Comment faire pour ne pas s’enfoncer avec lui, pour l’aider tout en continuant sa vie? Peut-on encore se projeter dans l’avenir? À l'affiche, Leïla Bekhti et Damien Bonnard sont époustouflants. L'un comme l’autre peuvent prétendre à un prix d'interprétation. Joachim Lafosse a un don pour magnifier ses acteurs. Ce n’est pas Emilie Dequenne, récompensée pour “À perdre la raison” en 2012, qui dira le contraire.