Plein écran
© Photo News

De Wever souhaite que la formation d'un gouvernement parte des entités fédérées

Le président de la N-VA, Bart De Wever, souhaite que la formation d'un gouvernement fédéral ait comme point de départ les entités fédérées, a-t-il expliqué dimanche sur le plateau de VTM.

Les chargés de mission royale, Patrick Dewael (Open Vld) et Sabine Laruelle (MR), feront rapport lundi au Roi. Les présidents de la Chambre et du Sénat ont éprouvé les possibilités de mettre sur pied une coalition rassemblant les socialistes, les écologistes, les libéraux et le CD&V. Mais jusqu'à présent, les chrétiens-démocrates flamands ne se sont pas ralliés à cette formule et répètent qu'ils veulent une coalition reposant sur une majorité des deux côtés de la frontière linguistique, c'est-à-dire avec la N-VA.

Le CD&V a lancé ce week-end une consultation en ligne de ses membres, notamment sur le point de savoir ce qu'ils pensent de cette position politique. 

"Je crois que ce parti est mis sous forte pression", a souligné M. De Wever.
Le président nationaliste se sent "mis sur le côté" par l'Open Vld et espère que l'élection présidentielle des libéraux flamands, à la fin mars, provoquera un changement de cap.

“On doit partir des niveaux qui fonctionnent bien”

La N-VA continuera à plaider pour une grande réforme de l'État. À ses yeux, dans le processus de formation d'un gouvernement, il est temps aujourd'hui de mettre en avant les entités fédérées. "Il faut rénover la boîte. On doit partir des niveaux qui fonctionnent bien et ce sont les entités fédérées", a-t-il expliqué.

M. De Wever lui-même n'envisage de remplir une mission royale que si c'est en compagnie du président du PS, Paul Magnette. Mais à ce jour, l'intéressé s'y est toujours refusé.

  1. Elle n’a pas remis son enfant à l’école: “Pas à cause du coronavirus”
    Interview

    Elle n’a pas remis son enfant à l’école: “Pas à cause du coronavi­rus”

    Ce lundi 25 mai, plusieurs élèves de première et deuxième primaire ainsi que de deuxième secondaire sont retournés sur les bancs de l’école. Ceux en difficulté dans les autres années également. Les experts l’affirment: c’est une bonne chose pour eux. Pourtant, cette rentrée n’est pas vraiment obligatoire. Des parents ont choisi de ne pas renvoyer leurs enfants dans leurs établissements scolaires.