Plein écran
© Capture d'écran RTL.

De Wever: “Trouver un compromis, cela devient hyper compliqué, voire impossible”

Formation fédéraleBart De Wever a inauguré ce mardi 11 février la Maison de la France à Anvers. Interrogé par nos confrères de RTL Info, le président de la N-VA a consenti à s’exprimer sur l’impasse des négociations fédérales et la prolongation de la mission de Koen Geens, censé approfondir la piste d’une majorité entre son parti et les socialistes. Il a notamment pointé du doigt les tensions qui existent entre certains partis francophones.  

“Je constate (...) qu’il y a des partis qui utilisent chaque jour pour s’exprimer, pour dire que ce n’est pas possible, je le regrette. C’est mieux de travailler en discrétion et de voir ce qui est vraiment possible ou pas. Je trouve ça vraiment stupide de dire ouvertement à la presse quels pourraient être les points communs pour un accord de gouvernement entre la N-VA et les socialistes”, a-t-il indiqué.

Le bourgmestre d’Anvers ne voit d’ailleurs pas d’issue à la crise. “Je pense que le fait que la Flandre ait voté plutôt à droite et la Wallonie à gauche, voire à l’extrême gauche, rend ce pays ingouvernable”, a-t-il répété, avant de pointer du doigt certains partis francophones. “Trouver un compromis, c’est déjà très compliqué, mais si on ajoute encore les tensions qui existent entre les partis francophones pour l’instant, notamment entre le MR et le PS, ça devient hyper compliqué, voire impossible”, a-t-il conclu.

  1. Le préavis de grève de la police fédérale temporairement suspendu

    Le préavis de grève de la police fédérale temporaire­ment suspendu

    Le préavis de grève au sein de la police fédérale a été suspendu jusqu'à mardi, a annoncé la CSC-ACV vendredi après une concertation sociale. Les syndicats avaient déposé un préavis de grève après que les agents se sont plaints d'un manque de matériel de protection contre le coronavirus. S'ils sont bien reconnus comme groupe prioritaire, les syndicats ne sont pas d'accord avec la prise en compte du risque.
  1. Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confinement

    Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confine­ment

    Une enquête menée par l’agence iVOX auprès de 5.000 Belges nous en apprend davantage sur le bonheur (familial) en pleine crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Selon l’étude, nous nous disputons moins avec notre partenaire, mais plus souvent avec les enfants. Dans le même temps, nous sommes reconnaissants de pouvoir passer plus de temps avec nos familles et nous voulons améliorer nos vies après cette crise.
  2. Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”
    Roulers

    Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”

    Du matin au soir, Mohammad Qader Mohammadi, 42 ans, est assis derrière sa machine à coudre pour fabriquer des masques buccaux pour le personnel soignant. Qader a fui son pays natal, l’Afghanistan, il y a plus de dix ans. Durant cette crise sanitaire, il souhaite rendre service à la Belgique qui l’a aidée. “Je suis diabétique, donc j’appartiens moi-même au groupe à risque, mais je sais combien il est important de bien vous protéger”, confie-t-il.