La présidente de l'Open Vld, Gwendolyn Rutten.
Plein écran
La présidente de l'Open Vld, Gwendolyn Rutten. © BELGA

Gwendolyn Rutten: “Je me suis mouillée pour qu'on puisse former un gouvernement”

"A la fin de l'année passée, je me suis mouillée pour qu'on puisse former un gouvernement. Et je n'en ai pas honte", a affirmé la présidente de l'Open Vld, Gwendolyn Rutten, vendredi, dans l'émission De Ochtend sur Radio 1.

 "Pour y parvenir, on ne peut pas se contenter de travailler avec ceux qui partagent nos idées", a-t-elle ajouté. Gwendolyn Rutten avait été vertement critiquée par la N-VA après l'ouverture des libéraux flamands à une coalition arc-en-ciel, éventuellement élargie au CD&V.

"J'ai vraiment essayé et j'ai pris des risques pour tenter de former un gouvernement", a-t-elle répété. "On ne peut pas se contenter de parler avec ceux qui sont sur la même longueur d'ondes que nous, sauf si on a une large majorité. Dans le cas contraire, il faut parler avec les autres partis", y compris avec ses adversaires politiques, a encore justifié la présidente de l'Open Vld.

"On ne peut pas dire, un jour, qu'il faut un gouvernement rapidement et le lendemain, imposer des vétos", a-t-elle poursuivi en réaction au discours du roi Philippe, jeudi, appelant les partis à laisser tomber leurs exclusives.

La présidente des libéraux flamands, qui quittera son poste en mars, s'est enfin défendue d'avoir soutenu la formation d'un arc-en-ciel en échange du poste de Première ministre. "On ne peut rien faire contre ces accusations. C'est absolument faux mais quand on est à court d'arguments et qu'on a peur, on s'attaque à la femme", a-t-elle enfin regretté.

  1. Le préavis de grève de la police fédérale temporairement suspendu

    Le préavis de grève de la police fédérale temporaire­ment suspendu

    Le préavis de grève au sein de la police fédérale a été suspendu jusqu'à mardi, a annoncé la CSC-ACV vendredi après une concertation sociale. Les syndicats avaient déposé un préavis de grève après que les agents se sont plaints d'un manque de matériel de protection contre le coronavirus. S'ils sont bien reconnus comme groupe prioritaire, les syndicats ne sont pas d'accord avec la prise en compte du risque.
  1. Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confinement

    Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confine­ment

    Une enquête menée par l’agence iVOX auprès de 5.000 Belges nous en apprend davantage sur le bonheur (familial) en pleine crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Selon l’étude, nous nous disputons moins avec notre partenaire, mais plus souvent avec les enfants. Dans le même temps, nous sommes reconnaissants de pouvoir passer plus de temps avec nos familles et nous voulons améliorer nos vies après cette crise.
  2. Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”
    Roulers

    Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”

    Du matin au soir, Mohammad Qader Mohammadi, 42 ans, est assis derrière sa machine à coudre pour fabriquer des masques buccaux pour le personnel soignant. Qader a fui son pays natal, l’Afghanistan, il y a plus de dix ans. Durant cette crise sanitaire, il souhaite rendre service à la Belgique qui l’a aidée. “Je suis diabétique, donc j’appartiens moi-même au groupe à risque, mais je sais combien il est important de bien vous protéger”, confie-t-il.