Plein écran
© Photo News

Jan Jambon veut économiser 110 millions d’euros sur les allocations familiales

Le gouvernement flamand entend économiser au moins 110 millions d’euros sur les allocations familiales, en rabotant les montants perçus pour les enfants nés dans l’ancien système et en jouant sur la date d’indexation des allocations. Le secteur de la lutte contre la pauvreté déplore ce projet car les allocations demeurent le moyen le plus efficace pour aider les familles en situation précaire, lit-on lundi dans De Morgen. 

Le gouvernement de Jan Jambon a déjà effectué plusieurs sorties sur les investissements qu’il compte réaliser. Mais alors que les chiffres venaient à manquer pour définir concrètement son plan, le nouveau gouvernement flamand dévoile peu à peu où il ira puiser l’argent pour le redistribuer ailleurs et que son budget tende un peu plus vers le vert. Premières “victimes”: les allocations familiales. Selon plusieurs sources proches des négociations gouvernementales, Jan Jambon souhaiterait notamment économiser 110 millions d’euros sur ce poste sous cette législature et certains poussent l’estimation jusqu’à 200 millions d’euros. Pour parvenir à de telles économies, le gouvernement flamand souhaite ne plus augmenter le montant perçu pour le troisième enfant durant une période de cinq ans.

“Pour les familles à faibles revenus, quelques dizaines d’euros changent tout”

Ce changement concernerait donc les personnes percevant encore des allocations familiales dans l’ancien système. En effet, pour les enfants nés après le 1er janvier 2019, un nouveau système d’allocations familiales a déjà été mis en place. De plus, quel que soit le système sous lequel la famille tombe, le gouvernement utilisera une astuce comptable qui consiste à n’indexer les allocations que plus tard dans l’année, permettant ainsi à la Flandre de voir ses dépenses augmenter moins rapidement. 

Un système qui désavantagera les familles, qui devront donc attendre plus longtemps avant de voir le montant de leurs allocations familiales augmenter. Ces mesures lucratives mais anti-sociales font grincer des dents, même dans la majorité. Pour Jos Geysels, président de l’organisation de la lutte contre la pauvreté, la mise en place de ce système aura des conséquences directes pour les familles en situation de précarité. “Les allocations familiales constituent l’un des moyens les plus efficaces de sortir les familles de la pauvreté. Toutes les études scientifiques sont d’accord là-dessus. Jan Jambon affirme que son accord de coalition est scientifiquement fondé, mais cela semble incorrect pour cette mesure. Et c’est aussi faire preuve de bien peu d’humanité”, a-t-il déclaré. L’association pointe du doigt le déficit financier occasionné pour les familles nombreuses aux revenus les plus bas: pour ces personnes, rappelle-t-il, quelques dizaines d’euros changent tout. 

Un peu d’air pour le secteur de la santé?

Bien que cette mesure ait longtemps fait l'objet de vives discussions, notamment pour le CD&V censé être un fervent défenseur des familles, elle aurait finalement été acceptée à contrecœur par tous les partenaires de la coalition flamande car l’argent ainsi économisé donnera un peu d’air au  secteur de la santé, lui aussi dans le viseur de Jan Jambon. Du côté de l’Open VLD, même si on concède être déçu de certains pans de cette mesure, on reconnaît du positif: “Au moins, ces réformes structurelles permettront de rendre le secteur plus efficace en offrant des soins sur mesure à ceux qui en ont besoin”, résume le libéral flamand Maurits Van de Reyde. 

  1. La Wallonie pourrait vendre ses crédits d’émissions de CO2 à la Flandre

    La Wallonie pourrait vendre ses crédits d’émissions de CO2 à la Flandre

    La Flandre n'atteindra sans doute pas les objectifs que l'Union européenne lui a fixés en matière de réduction des émissions de CO2, à savoir une réduction de 15,7 % entre 2005 et 2020. Elle pourrait dès lors racheter des crédits d'émissions à la Wallonie, ce que n'a pas formellement exclu le ministre wallon de l'Environnement, Philippe Henry (Ecolo), interrogé sur le sujet lundi, en commission du Parlement de Wallonie.