Plein écran
Theo Francken a brièvement pris la parole au congrès de Forum pour la démocratie, le partie populiste néerlandais © ANP

“Juges activistes”: Theo Francken vient-il de porter le coup fatal à une coalition fédérale?

Pacte migratoirePlus que temps de réussir”: Paul Magnette s’est posé en rassembleur cette semaine en partageant sa vision du fédéral, mais alors qu'on espérait le rapprochement nord-sud enfin possible, Theo Francken vient d’effectuer une sortie sur le pacte migratoire qui pourrait jeter un nouveau froid sur les relations. 

Theo Francken, lors d'un déplacement au congrès de Forum pour la démocratie (FvD, parti populiste de droite) aux Pays-Bas, a une nouvelle fois exprimé son désaccord par rapport au “pacte de Marrakech”: “Nous devons stopper les juges activistes et ne pas exécuter le pacte de Marrakech (qui a provoqué la chute du gouvernement Michel, N.D.L.R.)”, a ainsi lancé l’ancien secrétaire d'État à l’Asile et la Migration, relate Het Nieuwsblad op Zondag.

“ONG bien-aimées et juges activistes qui empêchent les politiques migratoires”

“La souveraineté est aujourd’hui un concept crucial”, a ainsi résumé Theo Francken lors d'une brève prise de parole. Tout comme lors de ses lectures dans plusieurs villes belges, il a réitéré ses critiques envers “nos ONG bien-aimées”, les “juges activistes” et les “bureaucrates internationaux” qui, via des jugements ou des actions, empêchent l’application des politiques migratoires des états, comme par exemple le renvoi des bateaux de migrants en difficulté en mer jusqu’aux côtes africaines. 

“Le pacte de Marrakech est une nouvelle atteinte à notre souveraineté, car les Nations unies contrôleront que nous l'appliquons”, déplore-t-il. “Nous avons besoin de gens comme Thierry Baudet et Derk Jan Eppink (tous deux membres du parti néerlandais Forum pour la démocratie, eurosceptique et désireux de restreindre l’immigration) pour tracer une ligne”, a-t-il ajouté. 

Ces propos ne sont pas de bon ton lorsque l’on sait que la N-VA fait partie des partis que l’informateur Paul Magnette veut voir négocier autour de la table en vue d'un futur gouvernement fédéral, d'une part, et que ce futur gouvernement doit en principe exécuter le pacte migratoire des Nations unies signé par Charles Michel en 2018, d’autre part. 

“Bart De Wever doit aller au front et dire vraiment ce qu’il veut”

Sur le plateau de “C’est pas tous les jours dimanche”, sur RTL-TVi, Open Vld et le CD&V ont justement estimé que l’heure d’un duo Magnette-De Wever a sonné. “Le gouvernement arc-en-ciel est mort. Il faut une initiative sur une base commune” des présidents du PS et de la N-VA, a ainsi affirmé Eric Van Rompuy (CD&V).

Mais selon ce dernier, la note de Paul Magnette, ou du moins les éléments qui en ont fuité, reste “imbuvable” et manque surtout de chiffres. “Elle ne contient aucune mesure pour assainir les finances publiques” alors que les promesses de dépenses y sont multiples, a pointé M. Van Rompuy. “Aujourd’hui, Bart De Wever doit aller au front et dire vraiment ce qu’il veut. Il faut une initiative sur une base commune”, a-t-il ajouté.

“La N-VA est incontournable, ce n’est pas une question de sympathie mais de viabilité”

Koen Geens, le vice-Premier ministre et ministre de la Justice, négociateur fédéral pour le CD&V, a notamment plaidé pour une mission de “co-information” menée par Paul Magnette et Bart De Wever. “Ce dont je voudrais convaincre les francophones, c’est que la N-VA est aussi incontournable pour les partis néerlandophones que le PS l’est pour l’instant pour les partis francophones”, a-t-il affirmé. “Ce n’est pas une question de sympathie. C’est une question de viabilité du pays à long terme. Si nous faisons une erreur maintenant, nous risquons d’avoir une majorité nationaliste en Flandre en 2024", a encore averti M. Geens.

“Pour aboutir à un gouvernement fédéral, il faut des gens responsables. Et c’est toujours mieux en équipe”, a expliqué le député libéral flamand Christian Leysen. Le ministre flamand des Affaires intérieures Bart Somers (Open VLD) avait pourtant lui semblé se distancier de la N-VA, estimant que les nationalistes flamands ne voulaient pas prendre part à un gouvernement fédéral. “Même un aveugle pourrait le voir. Ils ne veulent juste pas se mouiller”, avait déclaré M. Somers sur VTM. Il semble que Theo Francken, toujours en odeur de sainteté au sein de la N-VA, vient de lui donner raison.