Plein écran
© BELGA

La N-VA répond au PS: “Plus fort dans les médias qu’autour de la table”

A l’instar de Geert Bourgeois, Cieltje Van Achter, vice-présidente et députée N-VA au parlement bruxellois, affirme que la N-VA est prête à prendre ses responsabilités pour former un gouvernement. Elle estime par ailleurs qu’il y a des avancées entre le PS et la N-VA.

A la surprise générale, la mission d’information de Georges-Louis Bouchez et Joachim Coens a été prolongée par le roi. L’objectif? Une ultime tentative de réconcilier PS et N-VA. Un accord est-il vraiment possible pour autant ou s’agit-il plutôt d’une façon de gagner du temps?

“Oui, il y a des progrès. Il faut se mettre autour de la table et bien travailler. Nous avons aussi mis des notes sur la table, sur base des programmes différents, pour essayer de trouver un compromis, des solutions”, explique Cieltje Van Achter sur les ondes de Bel RTL ce jeudi matin.

“Le PS a prononcé un veto envers la N-VA”

Contrairement au PS, qui semble avoir définitivement fermé la porte aux nationalistes, elle estime qu’un compromis est toujours possible. En revanche, elle regrette la sortie lundi de Paul Magnette, qui avait parlé du “catalogue des horreurs” de la N-VA pour décrire ses revendications.

“Le PS a prononcé le veto envers la N-VA. Dans les médias, on est beaucoup plus fort qu’autour de la table, c’est clair. Les Socialistes ont fait une lecture assez sélective de notre note, qui n’est pourtant pas le programme de la N-VA. Et ce n’est pas un secret que le PS a une préférence pour la coalition Vivaldi. Mais bon, nous sommes le plus grand parti de Belgique, avec plus d’un million de personnes qui ont voté pour la N-VA, donc nous prenons nos responsabilités envers nos électeurs et on se met autour de la table pour trouver des compromis”, prolonge-t-elle.

Selon Cieltje Van Achter, son parti est prêt à rehausser la pension minimum à 1.500 euros, comme l’avait laissé entendre Bart De Wever lors de la réception de Nouvel An de la N-VA.

Plein écran
© Photo News
  1. Le Belge contaminé par le coronavirus peut quitter l'hôpital
    Mise à jour

    Le Belge contaminé par le coronavi­rus peut quitter l'hôpital

    Le Belge qui a été admis à l’hôpital Saint-Pierre, à la suite d’un test positif au nouveau coronavirus Covid-19, peut rentrer chez lui. Il n’est plus infecté par le virus et n’est donc plus contagieux pour son entourage, a indiqué le SPF Santé publique à l’agence Belga. Huit autres personnes placées en quarantaine au sein de l’hôpital militaire de Neder-over-Heembeek pourront quant à elles en sortir dimanche.