La députée Valerie Van Peel (N-VA).
Plein écran
La députée Valerie Van Peel (N-VA). © Photo News

La N-VA veut aborder la loi sur l'avortement à la table des négociations fédérales

Si cela ne tenait qu'à la N-VA, l'assouplissement potentiel de la loi sur l'avortement devrait être abordé lors des négociations en vue de former un gouvernement fédéral, a indiqué jeudi la députée N-VA Valerie Van Peel dans l'émission Villa Politica sur la VRT. Les nationalistes flamands soutiennent ainsi la position du CD&V, qui plaide depuis longtemps pour aborder les thématiques éthiques lors des négociations.

Une proposition de loi prévoyant un assouplissement de la loi sur l'interruption volontaire de grossesse a été votée en fin d'année dernière en commission de la Justice de la Chambre. Le texte, soutenu du PS, soutenu par le sp.a, Ecolo-Groen, le MR, l'Open Vld, le PTB et DéFI, dépénalise l'IVG, fait passer le délai dans lequel elle peut être pratiquée de 12 à 18 semaines après la conception et réduit le délai de réflexion de six jours à 48 heures.
Le président de la Chambre Patrick Dewael a annoncé jeudi que l'avis du Conseil d'État serait rendu pour le 2 mars au plus tard.

La N-VA en faveur d’un maintien du délai à 12 semaines

Pour la N-VA, la question doit être abordée à la table des négociations fédérales. "J'attends quelque chose de l'avis du Conseil d'Etat", a indiqué Valerie van Peel. "La proposition a été renforcée et contient des éléments qui ne sont pas défendables et avec lesquels le Conseil d'Etat ne pourra jamais être d'accord. Si nous devons être aux négociations, cela viendra sur la table", a assuré Mme van Peel. 

Les nationalistes flamands préfèrent maintenir de délai à 12 semaines. La N-VA soutient ainsi la position de CD&V. Le président Joachim Coens a déclaré à plusieurs reprises que des questions éthiques sensibles telles quel'avortement, mais aussi l'euthanasie, devraient, pour son parti, être abordées à la table des négociations. 

  1. Le préavis de grève de la police fédérale temporairement suspendu

    Le préavis de grève de la police fédérale temporaire­ment suspendu

    Le préavis de grève au sein de la police fédérale a été suspendu jusqu'à mardi, a annoncé la CSC-ACV vendredi après une concertation sociale. Les syndicats avaient déposé un préavis de grève après que les agents se sont plaints d'un manque de matériel de protection contre le coronavirus. S'ils sont bien reconnus comme groupe prioritaire, les syndicats ne sont pas d'accord avec la prise en compte du risque.
  1. Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confinement

    Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confine­ment

    Une enquête menée par l’agence iVOX auprès de 5.000 Belges nous en apprend davantage sur le bonheur (familial) en pleine crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Selon l’étude, nous nous disputons moins avec notre partenaire, mais plus souvent avec les enfants. Dans le même temps, nous sommes reconnaissants de pouvoir passer plus de temps avec nos familles et nous voulons améliorer nos vies après cette crise.
  2. Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”
    Roulers

    Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”

    Du matin au soir, Mohammad Qader Mohammadi, 42 ans, est assis derrière sa machine à coudre pour fabriquer des masques buccaux pour le personnel soignant. Qader a fui son pays natal, l’Afghanistan, il y a plus de dix ans. Durant cette crise sanitaire, il souhaite rendre service à la Belgique qui l’a aidée. “Je suis diabétique, donc j’appartiens moi-même au groupe à risque, mais je sais combien il est important de bien vous protéger”, confie-t-il.