Plein écran
© Photo News

La proposition de Vande Lanotte: “Des élections après trois mois sans gouvernement”

Dans les colonnes de Het Nieuwsblad, Johan Vande Lanotte est revenu sur sa mission d’informateur. Il se dit “heureux” d'avoir pu mener les discussions, mais regrette que la formation d'un nouveau gouvernement fédéral prenne autant de temps. Pour les scrutins à venir, il propose un retour automatique aux urnes après trois mois sans gouvernement. “On pourrait l’inscrire dans la Constitution.” 

Après quatre mois, et plusieurs prolongations, Johan Vande Lanotte et Didier Reynders ont été déchargés de leur mission d’informateurs. Après avoir mené de multiples et longues discussions, la conclusion du socialiste flamand est claire. “Il n’y a pas d’autre option qu’un gouvernement avec le PS et la N-VA. Mais cela ne signifie pas que tous les partis sont fous de cette option (...) Mais pour toute autre formule, il y a des vetos qui empêchent une majorité.”

Il porte un regard inquiet sur le temps écoulé depuis les élections du 26 mai dernier. “Plus le temps passe, plus cela devient difficile. Vous manquez plusieurs occasions. À un moment donné, il faut sauter le pas.”  

“Combien j'ai gagné? Rien”

Pour éviter pareille situation à l’avenir, Johan Vande Lanotte propose un retour aux urnes. “Nous pourrions inscrire dans la Constitution qu’il y aura de nouvelles élections,  si le gouvernement n’a pas vu le jour trois mois après le scrutin. Cela accélérerait sérieusement la formation. Mais la population souhaite-t-elle vraiment cela? Les deux questions les plus fréquentes que j’ai reçues dans le train au cours des derniers mois sont les suivantes : est-ce que ça va marcher et combien allez-vous gagner? Ma réponse? Rien. Cela m’a même coûté de l’argent. Mais j’ai rempli cette tâche avec plaisir.” 

Il rappelle qu’à l’étranger, des coalitions a priori compliquées à mettre en place ont fini par aboutir. “La N-VA et le PS sont peut-être très éloignés l’un de l’autre, mais à travers l’Europe, des coalitions rassemblant des idéologies très diverses ont été formées. Il n’y a que chez nous que cela prend autant de temps.” 

  1. La Wallonie pourrait vendre ses crédits d’émissions de CO2 à la Flandre

    La Wallonie pourrait vendre ses crédits d’émissions de CO2 à la Flandre

    La Flandre n'atteindra sans doute pas les objectifs que l'Union européenne lui a fixés en matière de réduction des émissions de CO2, à savoir une réduction de 15,7 % entre 2005 et 2020. Elle pourrait dès lors racheter des crédits d'émissions à la Wallonie, ce que n'a pas formellement exclu le ministre wallon de l'Environnement, Philippe Henry (Ecolo), interrogé sur le sujet lundi, en commission du Parlement de Wallonie.