Plein écran
© BELGA

“Le CD&V a participé à l'échec en limitant le champ d'action de Geens”

Egbert Lachaert, candidat à la présidence de l'Open Vld, pense que le PS n'est pas seul responsable de l'échec de la mission confiée à Koen Geens en vue de la formation d'un gouvernement fédéral. 

Si les déclarations très tranchées des socialistes francophones ont bien accéléré l'issue de la mission royale du vice-Premier, le CD&V est aussi fautif dans le sens où il a dès son entame limité le champ d'action de Koen Geens à l'exploration de la piste associant le PS et la N-VA, rejetant les autres options, a estimé M. Lachaert vendredi soir dans De Afspraak (VRT).

Egbert Lachaert voit des possibilités dans une coalition Vivaldi, associant socialistes, libéraux, écologistes et le CD&V. Ce n'est pas contradictoire avec l'opposition qu'il avait exprimée à l'époque à la direction que prenait Paul Magnette quand celui-ci était informateur. 

"Une note de centre est bien plus acceptable qu'une note Magnette", résume-t-il. Le PS devra quand même prouver qu'il veut avancer en direction de l'Open Vld et du CD&V, s'il veut une coalition, nuance-t-il. 

Quant à la possibilité de nouvelles élections, elles n'apporteront rien, pense le député fédéral. "Elles n'ont de sens que s'il y a différentes pistes sur la table sur ce que l'on veut pour le pays.”

Joachim Coens, qui a été informateur aux côtés de Goerges-Louis Bouchez avant l'entrée de Koen Geens dans la danse, ne parle quant à lui pas d'échec, vendredi. "Le CD&V a pris ses responsabilités et tout essayé", indique-t-il sur Twitter.

  1. Des médecins belges tirent la sonnette d’alarme: “On n’est pas assez préparés”

    Des médecins belges tirent la sonnette d’alarme: “On n’est pas assez préparés”

    Les généralistes belges ne voient pas tous d'un très bon œil l’approche de la Santé belge face au coronavirus. Vu la pénurie de masques, ils ne peuvent pas suffisamment se prémunir des éventuelles contaminations, expliquent certains médecins flamands à VTM Nieuws. D’autre part, ils se disent laissés à leur propre sort par la ministre de la Santé Maggie De Block, qui promet vaguement des solutions. Même constat côté francophone, où des médecins se sont plaints auprès du Soir du manque d'information et de matériel.