Plein écran
La séance de ce vendredi a été particulièrement houleuse. © Photo News

Le débat budgétaire au parlement flamand fixé à mardi

Le parlement flamand entamera mardi le débat sur les plans budgétaires de la nouvelle équipe gouvernementale dirigée par Jan Jambon, a-t-on appris vendredi à l'issue d'une séance houleuse, marquée par le départ de l'opposition de l'hémicycle, précisément pour protester contre l'absence de données budgétaires concernant l'accord de majorité entre la N-VA, l'Open Vld et le CD&V.

Le débat débutera mardi à 13h00.

L'opposition Groen, sp.a, Pvda et Vlaams Belang estime toutefois que le débat a de facto déjà été mené ce vendredi, quand les parlementaires de la majorité ont accordé leur confiance au gouvernement du ministre-président Jan Jambon (N-VA). 

Le débat ne devrait pas avoir lieu en plénière. "La session de la commission ad hoc sera présidée par Liesbeth Homans (la présidente N-VA du parlement) et l'ordre des intervenants prévu est le même que celui lors (du débat sur) la déclaration gouvernementale", a indiqué un député d'opposition. 

"Chaque groupe (politique) a droit à une demi-heure de temps de parole, ce sera dès lors de facto le vrai débat sur le nouveau gouvernement", a-t-il ajouté.

L'opposition se sent renforcée par l'attitude de Mme Homans, qui aurait elle-même suggéré d'organiser le débat dans la grande salle dédiée aux séances plénières. Mais cette salle, surmontée d'une coupole de verre, se prête mal à la présentation numérique du programme chiffré que l'équipe Jambon souhaite faire aux parlementaires. Et la majorité souhaite éviter une répétition de la séance de ce vendredi. 

L'option privilégiée était le recours à la salle De Schelp, située au sous-sol du parlement. Les parlementaires recevront lundi midi les chiffres promis par Jambon 1er. 

  1. La Wallonie pourrait vendre ses crédits d’émissions de CO2 à la Flandre

    La Wallonie pourrait vendre ses crédits d’émissions de CO2 à la Flandre

    La Flandre n'atteindra sans doute pas les objectifs que l'Union européenne lui a fixés en matière de réduction des émissions de CO2, à savoir une réduction de 15,7 % entre 2005 et 2020. Elle pourrait dès lors racheter des crédits d'émissions à la Wallonie, ce que n'a pas formellement exclu le ministre wallon de l'Environnement, Philippe Henry (Ecolo), interrogé sur le sujet lundi, en commission du Parlement de Wallonie.