Plein écran
Hilde Crevits, ministre flamande de l’Emploi et Jan Jambon, ministre-président flamand. © BELGA

Le parlement flamand accorde sa confiance au gouvernement Jambon

Les parlementaires de la N-VA, du CD&V et de l'Open Vld ont accordé vendredi leur confiance au gouvernement flamand, emmené par Jan Jambon. Les partis d'opposition avaient précédemment quitté l'hémicycle pour protester contre l'absence de données budgétaires concernant l'accord de majorité. 

"Nous avons les tableaux budgétaires. Ils se trouvent dans un dossier dans mon bureau. Mais si l'opposition les demande, j'ai tendance à ne pas les donner", avait déclaré la veille le ministre-président Jambon (N-VA) lors d'un dîner organisé par le site d'opinions Doorbraak.be.

Cette déclaration, publiée par la presse, a courroucé les partis d'opposition, qui exigeaient depuis mercredi déjà de pouvoir disposer de chiffres. Vendredi matin, ils ont plaidé pour un report du débat sur la déclaration gouvernementale, après que M. Jambon a confirmé qu'il ne leur fournirait pas ces données avant la semaine prochaine.

Des “petits jeux de procédure, sans lien avec le contenu de l’accord”

En l'absence de chiffres, l'opposition a estimé qu'il n'était pas possible de débattre de l'accord. Le refus de la majorité de reporter le débat a conduit les parlementaires Groen, sp.a, Pvda et Vlaams Belang à quitter l'hémicycle.

Le gouvernement montrera le plus grand respect pour ce parlement, a assuré Jan Jambon après avoir obtenu la confiance des partis qui constituent la majorité. En ce qui concerne le départ de l'opposition, il a déploré des "petits jeux de procédure, sans lien avec le contenu de l'accord".

  1. La Wallonie pourrait vendre ses crédits d’émissions de CO2 à la Flandre

    La Wallonie pourrait vendre ses crédits d’émissions de CO2 à la Flandre

    La Flandre n'atteindra sans doute pas les objectifs que l'Union européenne lui a fixés en matière de réduction des émissions de CO2, à savoir une réduction de 15,7 % entre 2005 et 2020. Elle pourrait dès lors racheter des crédits d'émissions à la Wallonie, ce que n'a pas formellement exclu le ministre wallon de l'Environnement, Philippe Henry (Ecolo), interrogé sur le sujet lundi, en commission du Parlement de Wallonie.