Le PS et la N-VA ne trouvent toujours pas de "terrain d'entente".
Plein écran
Le PS et la N-VA ne trouvent toujours pas de "terrain d'entente". © Photo News & Klaas De Scheirder

Les informateurs tentent encore de trouver un terrain d’entente entre le PS et la N-VA

Les informateurs Georges-Louis Bouchez (MR) et Joachim Coens (CD&V) ont vu leur mission prolongée d'une semaine pour vérifier la possibilité de convergences entre le PS et la N-VA, indiquait-on mercredi à bonne source.

Les informateurs royaux Joachim Coens  (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR).
Plein écran
Les informateurs royaux Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR). © Photo News

Lundi, le président du PS, Paul Magnette, a pourtant fermé la porte à toute possibilité d'une coalition avec les nationalistes flamands. Malgré de très nombreuses réunions, il n'y a pas de terrain d'entente, a-t-il assuré. Tout le monde ne partage toutefois pas ce constat. Les résultats des réunions auxquelles ont participé les deux partis sous la houlette des informateurs ne seraient pas "si négatifs", ajoutait-on à même source. À tel point que mardi, avant le rapport au Roi, des contacts ont encore été pris avec le PS. 

À quoi s’attendre de plus?

Que pourra apporter la semaine qui vient? Les informateurs tentent toujours de dessiner les contours d'une coalition mais semblent coincés dans une impasse entre l'impossibilité constatée et répétée par le PS d'une alliance avec la N-VA et le CD&V qui y tient toujours car il veut une majorité en Flandre. Un autre problème se pose avec le MR, aussi pour bien son refus affiché de toute avancée communautaire que par sa solidarité avec son pendant flamand qui forme un obstacle supplémentaire sur la voie d'une alliance incluant PS et N-VA, précisait-on.

Vers une coalition “Vivaldi”?

Est-ce à dire que la "Vivaldi" (socialistes, libéraux, écologistes et CD&V) est la solution? Outre les réticences du CD&V, l'Open Vld n'est pas unanime à ce sujet et entre dans une période dangereuse de renouvellement de sa présidence qui pourrait changer sa position.

Jeudi, le Roi et la Première ministre, Sophie Wilmès, s'exprimeront devant les Corps constitués au cours d'une traditionnelle réception de Nouvel An. Les allusions à la crise politique, plus d'un an après l'entrée du gouvernement en affaires courantes, seront scrutées avec attention.

Conclusions attendues mardi prochain

Mardi, les informateurs remettront leurs "conclusions finales" après avoir "vérifié certains éléments", selon le communiqué diffusé mardi par le Palais. M. Bouchez n'a pas caché sa volonté de déboucher sur une nouvelle phase mais rien n'est moins sûr et la désignation d'un nouvel informateur sonnerait comme un échec.

  1. Le préavis de grève de la police fédérale temporairement suspendu

    Le préavis de grève de la police fédérale temporaire­ment suspendu

    Le préavis de grève au sein de la police fédérale a été suspendu jusqu'à mardi, a annoncé la CSC-ACV vendredi après une concertation sociale. Les syndicats avaient déposé un préavis de grève après que les agents se sont plaints d'un manque de matériel de protection contre le coronavirus. S'ils sont bien reconnus comme groupe prioritaire, les syndicats ne sont pas d'accord avec la prise en compte du risque.
  1. Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confinement

    Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confine­ment

    Une enquête menée par l’agence iVOX auprès de 5.000 Belges nous en apprend davantage sur le bonheur (familial) en pleine crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Selon l’étude, nous nous disputons moins avec notre partenaire, mais plus souvent avec les enfants. Dans le même temps, nous sommes reconnaissants de pouvoir passer plus de temps avec nos familles et nous voulons améliorer nos vies après cette crise.
  2. Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”
    Roulers

    Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”

    Du matin au soir, Mohammad Qader Mohammadi, 42 ans, est assis derrière sa machine à coudre pour fabriquer des masques buccaux pour le personnel soignant. Qader a fui son pays natal, l’Afghanistan, il y a plus de dix ans. Durant cette crise sanitaire, il souhaite rendre service à la Belgique qui l’a aidée. “Je suis diabétique, donc j’appartiens moi-même au groupe à risque, mais je sais combien il est important de bien vous protéger”, confie-t-il.