Plein écran
Rajae Maouane et Jean-Marc Nollet, co-présidents d’Ecolo. © Photo News

Les Verts rappellent qu'ils sont disponibles

Ecolo et Groen ont pris acte mardi de la désignation de Rudy Demotte (PS) et Geert Bourgeois (N-VA) comme préformateurs dans le cadre de la formation d'un gouvernement fédéral et rappelé qu'ils étaient "disponibles". La mission confiée aux deux ex-ministres-présidents "ne sera pas simple", soulignent les Verts.

Ecolo et Groen ne figurent pas au nombre des partis qui poursuivent le travail en vue de former un gouvernement fédéral. À la fin juillet, les écologistes francophones ont annoncé qu'ils ne voulaient pas participer à des discussions associant la N-VA. Ils n'ont donc pas répondu positivement à l'invitation des informateurs royaux de rencontrer les autres partis. Et si Groen a accepté l'invitation, il a fait savoir qu'il ne se séparerait pas de son alter ego francophone, fidèle au principe: ensemble dedans ou ensemble dehors. Les deux partis n'ont dès lors pas été invités à la phase finale des travaux menés par Didier Reynders (MR) et Johan Vande Lanotte (sp.a).

Dans leur communiqué, les deux partis rappellent que "la formation d'un gouvernement associant la N-VA et le PS n'est pas une fatalité, et qu'il existe des alternatives".

"Les Verts restent bien sûr disponibles pour travailler à des solutions positives et tournées vers l'avenir, à l'image de ce qu'ils ont réalisé en Wallonie et à Bruxelles", ont-ils ajouté.

Le temps presse, insistent-ils. "La mission des préformateurs ne doit pas être un paravent destiné à gagner du temps. En effet, il est urgent d'avancer dans la formation d'un gouvernement fédéral, vu les enjeux en matière climatique, économique, sociale et démocratique, qui ne peuvent attendre plus longtemps", ont-ils conclu.

  1. La Wallonie pourrait vendre ses crédits d’émissions de CO2 à la Flandre

    La Wallonie pourrait vendre ses crédits d’émissions de CO2 à la Flandre

    La Flandre n'atteindra sans doute pas les objectifs que l'Union européenne lui a fixés en matière de réduction des émissions de CO2, à savoir une réduction de 15,7 % entre 2005 et 2020. Elle pourrait dès lors racheter des crédits d'émissions à la Wallonie, ce que n'a pas formellement exclu le ministre wallon de l'Environnement, Philippe Henry (Ecolo), interrogé sur le sujet lundi, en commission du Parlement de Wallonie.