Plein écran
© BELGA

Paul Magnette, “optimiste”, “constate un large consensus sur la méthode”

Mise à jourL’informateur royal Paul Magnette s’est exprimé devant la presse après avoir remis son premier rapport au Roi. Il poursuivra dès mardi ses consultations en vue de la formation d’un exécutif fédéral en rencontrant les partenaires sociaux et des membres de la société civile. Il s’entretiendra par la suite à nouveau avec les dix partis impliqués dans le processus, avant un nouveau rapport au Roi prévu lundi prochain.

“Je pense qu’au-delà des difficultés qui sont réelles, un vrai dialogue a commencé à se construire”, a déclaré lundi M. Magnette lors d’une conférence de presse à la Chambre.

Les échanges des douze derniers jours ont permis d’identifier six objectifs prioritaires, mais aussi de mieux comprendre “les positions des uns et des autres”, a-t-il poursuivi.

Le relèvement du taux d’emploi, la transition climatique, la cohésion sociale et la lutte contre la pauvreté, la justice et la sécurité, ainsi que la politique migratoire constituent les cinq sujets prioritaires. A ceux-ci s’ajoutent les thèmes du budget et de la modernisation de l’Etat fédéral, qui sont tous deux abordés de “manière transversale”.

Des notes thématiques rédigées par l’informateur ont désormais été examinées en détail avec les différentes formations politiques (PS, sp.a, MR, Open Vld, Ecolo, Groen, CD&V, cdH, N-VA et DéFI) qui n’excluent pas de participer à une coalition gouvernementale. 

“Beaucoup de choses en progrès”

D’après lui, ces discussions ont notamment permis de constater qu’un certain nombre de consensus se dégagent sur les moyens de parvenir à un relèvement du taux d’emploi, tout comme sur la nécessité de relever les pensions les plus basses. La thématique de la sécurité et de la justice a elle aussi vu émerger un “très large consensus sur les constats” et a laissé entrevoir des possibilités d’avancer sur les moyens d’aboutir. “Ce ne sont que des exemples, beaucoup d’autres choses sont en progrès”, a assuré Paul Magnette.

Dès mardi, le président du PS s’entretiendra avec les partenaires sociaux, les associations de lutte contre pauvreté et les associations environnementales. “Il est important pour moi de les associer à nos travaux et de créer un consensus aussi large que possible”, a-t-il précisé.

L’informateur poursuivra ensuite ses rencontres avec les partis, de manière bilatérale et éventuellement multilatérale si “cela s’y prête”.

Plein écran
© Photo News

Se comparant à un architecte, M. Magnette a estimé qu’un terrain pour bâtir avait désormais été trouvé et qu’il convenait désormais de mettre en place des fondations. “Je travaille aujourd’hui à les consolider brique par brique pour que nous puissions ensuite construire l’ensemble de l’édifice”, a-t-il lancé.

Mission prolongée?

L’informateur, qui n’a pas exclu que sa mission soit à nouveau prolongée la semaine prochaine, a par contre éludé les questions portant sur les éventuelles coalitions, insistant sur sa volonté de travailler sur le contenu.  “Ma mission n’est pas de former une coalition, mais de travailler sur le contenu et de faire émerger autant de consensus que possible”, a-t-il martelé.

Répondant à un journaliste, M. Magnette a précisé que son objectif à terme ne serait pas de proposer un texte à prendre ou à laisser aux différents partis, mais plutôt de les voir adhérer spontanément aux constats et aux moyens, avant de discuter de la manière de poursuivre. “J’espère aussi que tout le monde prendra ses responsabilités, nous ne pouvons pas encore attendre trois à six mois”, a-t-il déclaré, tout en précisant que le PS était prêt à débuter dès demain.

Se refusant à donner une évaluation chiffrée de ses chances de succès, le socialiste francophone a finalement choisi de citer l’ancien Premier ministre - conservateur - britannique Winston Churchill, selon lequel “un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité, un optimiste voit l’opportunité dans chaque difficulté”.

Plein écran
© Photo News
Plein écran
© Photo News