Le président de la N-VA Bart De Wever.
Plein écran
Le président de la N-VA Bart De Wever. © BELGA

Si rien en mai, alors probablement jamais, pour De Wever

Formation fédéraleLe président de la N-VA, Bart De Wever, a affirmé lundi voir en mai "une date symbolique" pour tirer des conclusions en vue de la formation d'un nouveau gouvernement fédéral, un an après les scrutins du 26 mai dernier.

"Alors l'appel à de nouvelles élections est peut-être inévitable", a-t-il déclaré en marge de l'inauguration des nouveaux studios de la chaîne de télévision privée flamande VTM dédiés à l'information à Anvers. 

M. De Wever, qui est également bourgmestre de la Métropole, s'exprimait pour la première fois depuis la désignation vendredi par le roi Philippe du vice-Premier ministre CD&V Koen Geens, qui l'a chargé "de prendre les initiatives nécessaires permettant la mise en place d'un gouvernement de plein exercice".

Le président de la N-VA a indiqué lundi avoir déjà rencontré M. Geens.

De nouvelles élections, un an après?

"Un deadline fonctionne contre vous si vous en fixez un", a expliqué le président des nationalistes flamands, tout en fixant toutefois un, mais pas trop explicitement. 

"En mai, nous serons un an après les élections. S'il n'y a toujours pas de perspective de (former un) gouvernement, vous deviendrez progressivement totalement incapable de faire quoi que ce soit. Il pourrait alors sans doute devenir inévitable qu'un appel à de nouvelles élections retentisse plus fortement", a-t-il expliqué. 

"Mai me semble une date date symbolique pour conclure que quelque chose est en vue. Ou alors il ne se produira probablement rien", a-t-il conclu. 

Bart De Wever pose devant le nouveau siège de DPG Media à Anvers, maison-mère de 7sur7.
Plein écran
Bart De Wever pose devant le nouveau siège de DPG Media à Anvers, maison-mère de 7sur7. © Photo News
Inauguration du nouveau studio de VTM à Anvers.
Plein écran
Inauguration du nouveau studio de VTM à Anvers. © Photo News
  1. Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confinement

    Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confine­ment

    Une enquête menée par l’agence iVOX auprès de 5.000 Belges nous en apprend davantage sur le bonheur (familial) en pleine crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Selon l’étude, nous nous disputons moins avec notre partenaire, mais plus souvent avec les enfants. Dans le même temps, nous sommes reconnaissants de pouvoir passer plus de temps avec nos familles et nous voulons améliorer nos vies après cette crise.