Plein écran
Harvey Weinstein. © Photo News

La sélection du jury reprend dans le procès pour viol d’Harvey Weinstein

La sélection des jurés a repris ce lundi lors du procès ultra-médiatisé d’Harvey Weinstein, qui est accusé d’avoir violé une femme dans une chambre d’hôtel de Manhattan en 2013 et d’en avoir agressé sexuellement une autre en 2006. L’ancien producteur de 67 ans a plaidé non coupable et encourt la prison à vie. Son procès a commencé le 6 janvier et pourrait durer jusqu’à deux mois.

Le processus initial de sélection, qui en est maintenant à son cinquième jour, a été entravé par une foule de contestations, notamment par le refus répété des demandes de la défense et une protestation importante devant le palais de justice. 

Le juge et les avocats de l’affaire doivent choisir un panel de 12 New-Yorkais impartiaux pour décider du sort de l’ancien producteur de films.

Environ 120 jurés potentiels ont déjà été convoqués au tribunal. Mardi dernier, ils ont été présentés en groupe à Weinstein. Une liste de noms qui pourraient être présentés au procès, y compris les actrices Salma Hayek, Charlize Theron et Rosie Perez, a été lue aux jurés pré-sélectionnés. 

72 questions posées aux jurés

Comme nous vous l’expliquions le 7 janvier dernier, un questionnaire leur a été donné. Vous pouvez le lire ici. En plus des traditionnelles questions personnelles pour établir le profil de la personne choisie, des questions plus spécifiques sont posées au sujet du cas Weinstein. On demande notamment aux gens s’ils sont capables de juger l’affaire en se basant uniquement sur les preuves qui seront données au tribunal.

Parmi les interrogations, on peut lire: “Avez-vous vu, lu ou entendu parler de l’accusé, de cette affaire ou de ses comptes rendus dans les journaux, sur Internet à la télévision, à la radio ou dans un magazine? Si c’est le cas, l’information affecte-t-elle votre capacité à être juste et impartial?”

Ils doivent aussi faire savoir s’ils connaissent des victimes d’agression sexuelle ou physique et s’ils connaissent quelqu’un dans l’industrie du divertissement. On leur demande aussi s’ils ont eux-mêmes été victimes d’agression sexuelle ou de viol. 

Des plaidoiries dès le 22 janvier?

Quarante jurés potentiels ont déjà déclaré ne pas pouvoir être impartiaux, et ont été excusés. Les autres devront revenir au tribunal le 16 janvier, pour une sélection resserrée et des questions plus poussées, y compris s’ils ont des proches ayant subi des agressions sexuelles. L’idée est d’écarter ceux dont l’objectivité serait affectée.

S’il est reconnu coupable lors d’un procès qui devrait durer jusqu’en mars, l’homme de 67 ans pourrait être condamné à la prison à vie. L’ancien producteur  d’Hollywood a déclaré que toute activité sexuelle était consentie.

Le juge a indiqué qu’il espérait que les plaidoiries d’ouverture se tiendraient dès le 22 janvier.