Plein écran
© REUTERS

Weinstein apporte deux livres au tribunal: quel message essaie-t-il faire passer?

Dans un procès, rien de ce que font les accusés ou les victimes n’est innocent. Tout est donc sujet à analyse. Harvey Weinstein s’est présenté au tribunal aujourd’hui avec deux livres à la main. La presse américaine s’interroge: quel message essaie-t-il de faire passer?

Harvey Weinstein a apporté deux livres au tribunal: “The Brothers Mankiewicz: Hope, Heartbreak and Hollywood Classics” et une édition vintage du roman historique de Ken Follett, “The Pillars of the Earth”.

Le premier livre raconte la vie des frères Herman et Joseph Mankiewicz, qui a reçu un Oscar pour “Citizen Kane” et un autre pour “All about Eve”. “Brillants et charismatiques”, ils excellaient à Hollywood jusqu’à la chute. L’un était alcoolique en plus d’être un joueur invétéré. L’autre a eu des relations sexuelles avec toutes les actrices d’Hollywood et a été viré après une consommation excessive de drogues.

Plein écran
© REUTERS

Paul Callon, ancien procureur et avocat de la défense, ne croit pas que le livre fait partie de la stratégie de défense de Weinstein. “Ce n’est pas une histoire d’innocence ou de rédemption. Ce n’est pas le genre d’histoire que vous voulez présenter au jury dans une stratégie de défense.

L’avocate de Weinstein, Donna Rotunno, a dit qu’elle n’avait pas conseillé Weinstein sur ses lectures. “Le juge Burke lui a dit de prendre de quoi lire. Pendant la sélection du jury, Monsieur Weinstein a beaucoup de temps libre. Il ne lit pas dans la salle d’audience.”

Gerald Lefcourt, avocat de la défense, est surpris que Weinstein lise dans un moment aussi grave. Il demande, pour sa part, généralement à ses clients d’apporter un bloc-notes et un stylo. Il croit que Weinstein tente de faire face à son anxiété pendant le procès. “Peut-être qu’il se dit que ses avocats s’en occupent et plutôt que d’afficher de l’émotion, il préfère avoir la tête baissée.”

Plein écran
© REUTERS

L’auteure du livre, Sydney Landensohn, s’est dite stupéfaite de voir que Weinstein lisait son livre. “Ma première réaction a été d’hyperventiler”, a-t-elle déclaré. Elle a expliqué qu’elle avait écrit son livre influencée par Weinstein et l’ère #MeToo. “J’étais consternée par ce que j’ai lu sur la façon dont les femmes étaient traitées à l’époque. Joseph Mankiewicz était un manipulateur. La principale victime était sa femme ou ses deux premières femmes. Il ne courait pas partout en violant les gens. Il séduisait. C’était un séducteur en série.” Pour elle, il n’y a pas de parallèle à faire entre Weinstein et Joseph Mankiewicz. “Ce qu’on a entendu sur Weinstein dépasse l’imagination.”