Plein écran
© AFP

Weinstein s’est masturbé et a éjaculé dans une plante verte devant elle: elle tacle ses avocats

Elles se font appeler les Silence Breakers et elles étaient devant le tribunal new-yorkais où Harvey Weinstein va devoir répondre de ses actes. Rosanna Arquette, Rose McGowan, Lauren Sivan, Louise Godbold, Dominique Huett, Sarah Ann Masse et Paula Williams étaient vêtues de rouge, une couleur forte qui témoignait de leur volonté de reprendre le pouvoir. Elles représentent les 90 femmes qui ont dit avoir été victimes d’Harvey Weinstein. Toutes n’auront pas droit à un procès: certains cas sont trop anciens, les preuves des autres ne sont pas recevables.

Plein écran
© AFP

Rose McGowan a pris la parole pour remercier les personnes qui ont témoigné. “Non seulement pour elles-mêmes mais pour nous toutes qui n’auront jamais droit ne fut-ce qu’à une seule journée au tribunal.” Rosanna Arquette a déclaré: “Je suis solidaire des courageuses survivantes qui témoigneront contre Harvey Weinstein à la barre dans ce procès. Alors que l’émotion est à son comble, je me joins à ces autres femmes courageuses qui ont aussi été blessées par Harvey Weinstein pour dire: Nous n’irons nulle part.”

Elle a parlé du mouvement Time’s Up, qui signifie “le temps est écoulé”.

Plein écran
© AFP

“Time’s Up sur le harcèlement sexuel dans tous les milieux de travail. Time’s Up sur le blâme des survivants. Time’s Up sur les excuses vides et sans conséquences. Time’s Up sur la culture du silence omniprésente qui a permis à des agresseurs comme Weinstein de s’en sortir. Ces agresseurs qui font que les femmes ont peur d’aller au travail tous les matins, d’organiser une réunion, de signaler un crime sans représailles. Nous sommes ici pour nous assurer que cette affaire criminelle se concentre sur les actes de l’agresseur et non sur ses victimes. Et que justice soit rendue. La vérité prévaudra. Et que ce soit dans ce procès ou dans le futur, Harvey sera responsable de ses actes.”

Plein écran
© AP

Rosanna Arquette avait raconté s’être présentée à l’hôtel d’Harvey Weinstein dans les années 90. Il devait lui donner un scénario. Il lui a ouvert la porte en peignoir et a saisi sa main pour la mettre sur son entrejambe. Rose McGowan a été violée par Weinstein lorsqu’elle l’a rencontré dans sa chambre d’hôtel pour ce qu’elle pensait être une réunion d’affaires. Elle fut la première à prendre la parole.

Citation

Je suis d’accord pour qu’on m’appelle la fille de la plante en pot tant qu’on fait toujours référence à Weinstein comme le prédateur violeur qu’il est.

Lauren Sivan

Rose McGowan a confié vouloir être “une voix pour les sans voix”. “Tu pensais nous terroriser, moi et les autres, et nous réduire au silence. Tu as eu tort. Que nous soyons arrivés à ce moment de justice est stupéfiant. Aujourd’hui, nous devons saluer le chemin que nous avons parcouru et tout ce que nous avons enduré pour en arriver là. Mais ce n’est pas la fin. Nous sommes libres, nous sommes belles, nous sommes fortes et nous n’abandonnerons jamais.”

Lauren Sivan, journaliste, a dû regarder Harvey Weinstein se masturber devant elle avant d’éjaculer dans le pot d’une plante verte. Elle a répondu à l’équipe juridique de Weinstein qui disait: “Ce n’est pas parce qu’une femme dit que c’est arrivé que c’est vrai.” Elle a taclé: “Et si 100 femmes disent que c’est arrivé? Je suis d’accord pour qu’on m’appelle la fille de la plante en pot tant qu’on fait toujours référence à Weinstein comme le prédateur violeur qu’il est.”

Plein écran
© AP