Plein écran
En Californie, on ne boit pas en public. On ne boit pas sur la plage, on ne boit pas aux abords des plages, on ne boit pas dans les parcs. © Getty

11 choses que les Californiens ne font absolument pas comme nous

BlogNotre journaliste Déborah Laurent est installée en Californie une grande partie de l'année. L'occasion pour 7sur7 de vous fournir l'information la plus rapide et la plus complète possible (merci le décalage horaire!). Et l'occasion pour elle de constater les différences culturelles impressionnantes avec notre plat pays et d'apprendre à vivre en famille loin de tous. Elle en parle sur son blog personnel Sea You Son (et sur Instagram ici et Facebook ici). Nous vous proposerons chaque mardi l'un de ses articles de blog ici.

Ça fait 14 mois que je vis en Californie. J'ai eu le temps de repérer les petites différences entre la façon de vivre des Américains de la côte Ouest et les nôtres. Certaines me déstabilisent encore. D'autres me font toujours sourire.

Ils mangent tôt. Beaucoup trop tôt je dirais même. A 17 heures, les restaurants sont remplis comme chez nous à 20 heures. C'est pareil quand on est invité chez des Américains: ils nous attendent pour l'apéro en fin d'après-midi. Exemple concret: à Thankgiving, cette année, on mangeait de la dinde au bord d'une piscine à Palm Springs à 16h30. 

Ils rentrent tôt. Dans le même état d'esprit, on ne s'éternise jamais. Il n'est pas rare d'être invités chez les gens pour manger et d'être de retour chez soi à 21 heures. En soirée, c'est pareil. Je viens de regarder ce qu'il y avait à faire le soir du réveillon du 31 décembre dans mon coin: toutes les soirées de Nouvel An s'arrêtent à 1 heure du matin. 

Ils ne se font pas la bise. Jamais. Nos amis se marrent quand on leur explique notre façon de se saluer. Ici, on se serre la main ou, quand on a passé le stade de la connaissance superficielle, on se fait un "hug". La technique est précise: il s'agit de se prendre dans les bras sans trop se serrer. C'est plutôt un câlin un peu en biais, épaule contre épaule. On évite de presser nos seins contre la poitrine du mari de la copine, quoi... Au début, je trouvais ça gênant. Mais je n'ai jamais vraiment aimé coller ma joue à une autre. Je trouve étrangement le hug plus bourru, moins intime.  

Ils ne boivent pas en public. On oublie le pique-nique dans un parc avec les copains et un petit verre de blanc. Et hors de question d'ouvrir une bière face à l'océan. On n'incite pas les autres à la consommation d'alcool. On n'ouvre pas une bière dans la rue en regardant la parade de Noël défiler, on ne sirote pas un vin chaud debout sur le trottoir... Le petit sac en papier brun dans lequel dissimuler sa bouteille de pinard est une réalité: ne vous avisez pas de sortir du magasin spécialisé en boissons alcoolisées avec vos bouteilles à la main. Même s'il s'agit juste de traverser le parking pour atteindre sa voiture. 

Ils ne fument d'ailleurs pas en public non plus. Mais ils fument de la marijuana librement. Ca sent l'herbe partout, c'est légal, mais ça ne sent jamais le tabac. Il est interdit légalement de fumer dans les bars, dans les restaurants, dans les parcs, sur la plage... On trouve les fumeurs généralement planqués à l'arrière des restaurants, entre deux poubelles. De vraies scènes de films américains... Là encore, il est question de n'inciter personne à s'en allumer une et d'éviter de polluer la santé de l'autre. Scène de vie hallucinante la semaine passée: on a croisé un homme qui s'en grillait une dans la rue. Le trottoir était désert, comme souvent, puisqu'ici les gens prennent leur voiture plutôt que leurs pieds pour se déplacer. Il n'y avait que lui et mon mari, mon fils et moi. Le bonhomme a fait un pas de côté, a tendu sa clope le plus loin possible de nous et s'est confondu en excuses: il regrettait de nous imposer l'odeur de sa cigarette... En rue... A l'air libre. Fou, n'est-ce pas?

Ils parlent aux gens dans la rue. Ils me disent par exemple que mon fils est mignon, que ma veste en cuir est jolie, que j'ai de jolis yeux et un accent craquant. Je vous jure, on m'a déjà dit tout ça... Et je ne connaissais pas ces gens. Ils nous demandent d'où on vient, pourquoi on est là, si on cherche quelque chose. Et au pire du pire: ils nous disent bonjour. Toujours, tout le temps. Les gens ici se regardent dans les yeux et se saluent. Je ne dis évidemment pas que ça se pratique de la même manière sur une artère bondée ou touristique. Mais dans une rue à fréquentation normale ou bien si on croise quelqu'un qui attend le bus à un arrêt ou un voisin qui rentre chez lui, on se salue. Je n'ai jamais autant dit bonjour de ma vie à des inconnus.

Dans les toilettes publiques, ils font pipi au vu et su de ceux qui patientent... C'est un peu gênant. Lisez la suite sur le blog Sea You Son ici.