Plein écran
© Sea You Son

Disneyland en Californie: bien plus cher que Paris donc forcément mieux?

BlogNotre journaliste Déborah Laurent est installée en Californie une grande partie de l'année. L'occasion pour 7sur7 de vous fournir l'information la plus rapide et la plus complète possible (merci le décalage horaire!). Et l'occasion pour elle de constater les différences culturelles impressionnantes avec notre plat pays et d'apprendre à vivre en famille loin de tous. Elle en parle sur son blog personnel Sea You Son (et sur Instagram ici et Facebook ici). Nous vous proposerons chaque mardi l'un de ses articles de blog ici.

17 juillet 1955, Walt Disney foule les pavés du premier parc Disneyland, celui installé à Anaheim en Californie, le seul qu'il a conçu et qu'il verra de ses propres yeux avant de passer l'arme à gauche onze ans plus tard. Selon Wikipedia (ça vaut ce que ça vaut), c'est "l'endroit le plus joyeux du monde". Personnellement, j'ai eu très vite envie de sauter du petit train qui m'emmenait du parking à l'entrée du parc...

Je suis généralement bon public. En écrivant cette phrase, je m'interroge sur sa véracité, parce que je ne voudrais pas vous mentir, mais je crois que c'est vrai. Un rayon de soleil, un sourire de mon fils, un estomac plein, un verre de vin avec une copine, une chouette discussion avec mon mari suffisent pour me donner la patate. Mais il y a un truc qui me rend dingue dans la vie, c'est l'impression qu'on m'arnaque et l'impression qu'on me fait perdre mon temps. Et pas parce que le temps c'est de l'argent. Non, surtout parce que depuis que mon fils est né, je cours derrière sans cesse... Le temps, pas mon fils. Quoique. Les deux.

Malgré l'heure matinale de notre arrivée et le fait qu'il s'agissait d'un jour de semaine, on a passé notre temps à poireauter. À la sortie du parking pour attendre la navette, pour commencer. Il n'y avait aucune indication pour se rendre du parking au parc à pied, faudrait pas trop se fatiguer non plus... On a attendu longtemps à l'entrée du parc aussi parce qu'ils ont l'excellente idée de faire des photos d'identité de tout le monde et de valider les premières utilisations d'abonnement aux portes principales. 

Plein écran
© Sea You Son

Avant même de faire une seule attraction, Ezra en avait déjà ras la casquette (qu'on avait oubliée dans la voiture). Entre le moment où j'ai claqué la porte passager et le moment où j'ai enfin poussé le tourniquet, il s'est écoulé une heure.

La longue file à l'extérieur me filait quelques angoisses mais j'espérais que tout soit assez bien agencé à l'intérieur pour éviter de passer ma vie à essayer d'expliquer à Ezra pourquoi il devait rester debout entre deux barrières sans toucher les fesses du monsieur devant qui, non, ce n'est pas papa. Papa, c'est celui qui serre les dents derrière maman... Mais non, Gaston: à l'intérieur, c'est encore pire! L'enfer sur terre porte définitivement des oreilles de petite souris.

Plein écran
© Sea You Son

On a eu "de la chance": en arrivant avant 10 heures, on a pu aller sur le manège des chevaux de bois sans attendre. Ezra était content jusqu'à ce que je lui dise que l'idée était en fait de s'asseoir sur le cheval et pas de lui faire des doudouces. Il a pressé ses petits ongles dans mon cou (rappelez-moi de les lui couper la prochaine fois) et je me suis assise sur l'animal immobile avec mon fils agrippé à mon corps comme un panda. Il a fallu ensuite lui expliquer que l'idée, encore une fois, était de se mettre face à la crinière. Débat, négociation, demande de tute et de doudou et enfin, un sourire quand le manège s'est mis à tourner.

Sourire qui s'est vite effacé quand je l'ai installé dans l'attraction Pinocchio, juste en face... Lisez la suite ici. Je vous raconte notre tour à Mickey Town, dédié aux plus petits (un espace qui n'existe pas à Disneyland Paris) et je vous compare les prix (c'est un peu affolant).

Plein écran
© Sea You Son
  1. Nous n’avons que 18 étés à passer avec nos enfants
    Blog

    Nous n’avons que 18 étés à passer avec nos enfants

    Notre journaliste Déborah Laurent est installée en Californie une grande partie de l’année. L’occasion pour 7sur7 de vous fournir l’information la plus rapide et la plus complète possible (merci le décalage horaire!). Et l’occasion pour elle de constater les différences culturelles impressionnantes avec notre plat pays et d’apprendre à vivre en famille loin de tous. Elle en parle sur son blog personnel Sea You Son (et sur Instagram ici et Facebook ici). Nous vous proposerons chaque mardi l’un de ses articles de blog ici.