Plein écran
© DR

La plaine de jeux de tous les dangers: laisseriez-vous vos enfants y jouer?

BlogNotre journaliste Déborah Laurent est installée en Californie une grande partie de l'année. L'occasion pour 7sur7 de vous fournir l'information la plus rapide et la plus complète possible (merci le décalage horaire!). Et l'occasion pour elle de constater les différences culturelles impressionnantes avec notre plat pays et d'apprendre à vivre en famille loin de tous. Elle en parle sur son blog personnel Sea You Son (et sur Instagram ici et Facebook ici). Nous vous proposerons chaque mardi l'un de ses articles de blog ici.

J'aime penser que je ne suis pas une mère hélicoptère mais comment vous dire? À la plaine de jeux, je suis du genre à retenir ma respiration et à répéter à mon fils de "faire attention". Ça ne m'empêche pas de trouver le concept des Adventure Playgrounds fantastique et tellement nécessaire. L'Adventure Playground, c'est en fait ce qu'on faisait tous quand on était petit: n'importe quoi avec tout ce qui traînait. Des constructions insolites et des cabanes avec des bâtons et des branchages, entre autres.

Oubliez le plastique rutilant et coloré des plaines de jeux traditionnelles, leurs barrières de sécurité sur le chemin qui mène au toboggan, le sol qui amortit les chutes... Ici, le terrain est accidenté, des pneus côtoient une vieille baignoire, les enfants escaladent des structures faites de bric-à-brac en bois, il y a des clous, un marteau et sur certaines plaines de jeux, les enfants peuvent même faire usage d'une scie et faire du feu sous la supervision de l'un des adultes en charge de la plaine de jeux.

"Jouez à vos risques et périls"

On se croirait sur un terrain vague de casse automobile. La devise est claire: "Jouez à vos risques et périls". Les parents sont priés de faire confiance à leurs enfants. On a tendance à l'oublier parce qu'on a pris l'habitude de devancer tous les problèmes de nos enfants, mais ils ont les capacités nécessaires pour comprendre et éviter le danger.

Au Japon, les plaines de jeux de ce genre-là sont arrivées après le séisme Kobe en 1995. Le tremblement de terre avait fait 6.437 morts et 43.792 blessés selon un décompte officiel. Les enfants se sont rapidement remis à jouer, parce qu'il faut bien que la vie continue... Ils jouaient donc au milieu des dégâts. Les experts se sont entendus sur l'idée que le jeu était l'une des meilleures manières, quand on est petit, de prévenir le stress post-traumatique après un événement dramatique. On les a donc laissés faire...

Lisez la suite sur le blog en cliquant ici. Je vous explique tout ce que ces plaines de jeux dangereuses ont de bon pour nos enfants aujourd'hui.

  1. “13 reasons why” parle de l’avortement avec une honnêteté rarement vue à la télé

    “13 reasons why” parle de l’avortement avec une honnêteté rarement vue à la télé

    La troisième et avant-dernière saison de “13 reasons why” est à présent sur Netflix. On avait reproché à la série de faire l’apologie du suicide. La scène perturbante montrant les dernières secondes d’Hannah Baker a été supprimée. Outre le suicide, la série parle de harcèlement scolaire, d’agressions sexuelles, de fusillades de masse et on en passe. Dans le second épisode de la troisième saison, “13 reasons why” aborde le thème délicat de l’avortement avec une honnêteté rarement vue à la télévision. Attention, spoiler.
  1. Faut-il une loi pour interdire la fessée? L’avis des experts

    Faut-il une loi pour interdire la fessée? L’avis des experts

    Si aujourd’hui, tout le monde s’accorde pour dire qu’un enseignant ne doit jamais lever la main sur un enfant, la fessée à la maison gravite dans un flou artistique qui met bien des parents mal à l’aise. Nombreux sont ceux qui ont encore le réflexe de taper sur les doigts, les fesses voire la joue de leur enfant lorsque celui-ci est ingérable. Mais à ne pas accepter ce geste venant d’un proche. En France, la question de la fessée éducative fait débat depuis longtemps et en Belgique, on commence à murmurer qu’il convient de l’interdire. Entre pulsion honteuse et “ça remet les idées en place”, où vous situez-vous?
  2. Elle photographie sa fille soutenant son petit frère en pleine chimio
    Play

    Elle photograp­hie sa fille soutenant son petit frère en pleine chimio

    Une mère de Princeton, au Texas, partage sur Facebook plusieurs clichés de moments d’intimité familiale. Sur ceux-ci, on voit comment la famille endure avec Beckett, le cadet de quatre ans, sa maladie. Le petit garçon a été diagnostiqué en avril 2018: une leucémie lymphoïde chronique qui touche les cellules du sang produites par la moelle osseuse. Sur l’une des images, on voit sa sœur aînée, à peine plus grande que lui, le soutenir durant la chimiothérapie.