Plein écran
© Photo News

Le football à l’heure du coronavirus: le port du masque est-il “complètement irréaliste”? (5/5)

DossierLe football n’est pas épargné par la pandémie du coronavirus et traverse une crise sans précédent. Les compétitions sont mises à l’arrêt, les clubs souffrent, les professionnels se retrouvent orphelins de leur métier et les supporters de leur passion. À quoi ressemblera le football dans les semaines et les mois à venir? À travers une série de cinq articles, 7sur7 tente de répondre à cette question. Après les répercussions sur l’économieles supportersle mental des joueurs et le milieu du foot amateur, ultime volet ce vendredi avec les adaptations sanitaires et la question du port du masque pendant les matches. 

Questionné quant à sa réelle utilité au début de la crise sanitaire, le port du masque est désormais obligatoire à certains endroits, fortement recommandé dans d'autres. Il s'impose dans notre quotidien, mais pas encore sur les terrains. À tort? 

Oui, aux yeux du virologue Marc Van Ranst qui s'était montré favorable à cette idée en avril dernier dans un entretien accordé au quotidien Le Soir. “Le port du masque pendant les matches de foot est une piste à envisager”, avait-il assuré, une position relayée au-delà de nos frontières par plusieurs médias internationaux. 

“Complètement irréaliste”

“Marc Van Ranst n’a pas dû jouer beaucoup au foot dans sa vie. Cela me paraît complètement irréaliste”, clame d’entrée Gilles Goetghebuer, rédacteur en chef du magazine Sport et Vie. 

“Il y a d’autres solutions pour se protéger. Faire un exercice physique intense avec un masque, cela s’avère très compliqué en termes de respiration et de condition physique”, corrobore Yves Coppieters, épidémiologiste et professeur de santé publique à l’ULB. “Pour les sports exercés en extérieur et dans un large espace, je plaide pour une pratique sans masque.” 

Citation

La distancia­ti­on sportive devrait être plus grande que la distancia­ti­on sociale

Marc Francaux, Professeur en physiologie de l’exercice à l’UCLouvain

“Est-ce qu’il faut porter un masque sur le terrain? Oui, si on est sûr que le masque que l’on portera sur le terrain sera efficace sur la durée”, nuance Marc Francaux, professeur en physiologie de l’exercice à l’UCLouvain. “Bien entendu, on ne fait pas référence à des masques chirurgicaux pour la pratique sportive, ils deviendraient rapidement inefficaces. Il faudrait des masques qui soient spécifiquement conçus pour permettre une bonne ventilation (NDLR: l’air inspiré et expiré, exprimé en litres par minute).”

Lorsque l’on s'adonne à une activité physique, la ventilation pulmonaire augmente. Estimée à 6L/min au repos, elle grimpe à environ 30 L/min lors d’un jogging à allure modérée et à 60L/min lors d’une course soutenue. “Cette hausse de la ventilation va provoquer un effet aérosol et les microgouttelettes que l’on va expirer vont aller beaucoup plus loin. La distanciation sportive devrait logiquement être plus importante que la distanciation sociale”, poursuit Marc Francaux.

“Le risque n’est pas négligeable lors d'un match de foot”

“La position joue également un rôle prépondérant. Si vous vous trouvez derrière quelqu’un, vous avez beaucoup plus de chances d’essuyer des microgouttelettes que si que vous êtes à ses côtés. Lors d’un jogging, on peut s'adapter et adopter une position adéquate. Lors d'un match de foot, c’est plus compliqué. Vous jouez le ballon, point. Le risque n’est peut-être pas aussi important qu’en rugby avec les mêlées, mais on ne peut pas affirmer qu’il est négligeable lors d’une rencontre de football. Il faut être extrêmement prudent”, avertit le professeur. 

“Le risque réside davantage dans les vestiaires que sur les terrains”, avance Gilles Goetghebuer. “Ce sont des espaces fermés, il fait souvent chaud, l’air est humide et on est susceptible d’y  rester longtemps. Sans oublier les possibles scènes de liesse après une victoire.”

“Le masque en dehors du terrain”

“Le risque le plus important intervient surtout avant et après le match dans les vestiaires et les couloirs où les gens se croisent”, appuie Yves Coppieters. En dehors du terrain, le port du masque est requis, au même titre évidemment que l’hygiène des mains et le respect de la distance sociale. Les joueurs et membres de l’encadrement qui prennent place sur le banc de touche doivent également porter un masque. La proximité est plus grande, l’espace est en partie confiné et fatalement le brassage de l’air est moins important.” 

Les acteurs de la Bundesliga respecteront cette mesure de précaution dès ce week-end à l’occasion de la reprise de la compétition. Sur le terrain, les joueurs ne seront pas autorisés à célébrer les buts. Une règle également instaurée en Corée du Sud où la communication sur la pelouse est aussi bannie. 

Interdiction de communiquer: logique ou symbolique?

“Chacun veut montrer sa bonne volonté, les clubs veulent reprendre les compétitions et font des concessions qui sont plus symboliques qu’autre chose. Je ne vois pas en quoi le fait de se parler ou pas va influencer le devenir de l’épidémie”, commente Gilles Goetghebuer. 

“Ce n’est pas symbolique. On s’installe ici dans la notion de prévention”, tempère Yves Coppieters. “On rappelle que tout rapprochement de personnes est un risque et qu’il convient de limiter au maximum les échanges verbaux. On émet des postillons en parlant.” 

“Ça dépend ce que l’on entend par communiquer”, questionne Marc Francaux. “Ne pas pouvoir se parler à 20 mètres de distance, cela paraît un peu bizarre. En revanche, l’interdiction des célébrations est tout à fait logique.” 

Tests et tracing

“Si l’on fait très attention et que l’on écarte à temps les joueurs et membres du staff potentiellement contaminés, l’essentiel sera fait”, estime Gilles Goetghebuer. 

“On pourrait faire passer des tests sérologiques aux joueurs pour observer la possible immunité acquise”, prolonge Yves Coppieters. “ Cela peut être rassurant pour certains joueurs de disposer d’une carte immunitaire. Elle resterait évidemment confidentielle, mais permettrait à son détenteur d’être plus serein avant de monter sur le terrain.  Les clubs peuvent  également prévoir des tests de dépistage pour limiter davantage les risques.” 

  1. Les premiers fans en carton dans les tribunes de la Bundesliga
    Play

    Les premiers fans en carton dans les tribunes de la Bundesliga

    Samedi, le Borussia-Park était rempli de milliers de cartons représentant des fans du Borussia Mönchengladbach pour compenser un stade vide causé par la pandémie de coronavirus. L’initiative provient du groupe de supporters “Fanprojekt Mönchengladbach”, et permet aux fans de faire installer leur propre effigie en carton, moyennant une somme de 19 euros, là où ils s’asseyent habituellement dans le stade. Malgré cette initiative pour stimuler le moral des joueurs, le Borussia Mönchengladbach s’est incliné 3-1 contre le Bayer Leverkusen lors de ce match joué à huis clos.
  2. Après huit ans, Vertonghen va faire ses adieux à Tottenham

    Après huit ans, Vertonghen va faire ses adieux à Tottenham

    Arrivé à Tottenham à l'été 2012, Jan Vertonghen s’apprête à quitter le vestiaire des Spurs. Le Diable Rouge et le club londonien ne sont pas parvenus à se mettre d’accord pour poursuivre leur longue collaboration, avance Het Laaste Nieuws. Son contrat arrive à échéance à la fin du mois de juin, mais l'aventure pourrait être prolongée l’espace de quelques semaines jusqu’à la fin officielle de la saison, décalée au 3 août par l’UEFA.