Seul coureur belge assuré de sa sélection pour les JO, Remco Evenepoel voit le verre à moitié plein: il sera encore plus fort en 2021.
Plein écran
Seul coureur belge assuré de sa sélection pour les JO, Remco Evenepoel voit le verre à moitié plein: il sera encore plus fort en 2021. © Photo News

Remco Evenepoel optimiste: “Le report des Jeux? Pour moi, c’est peut-être une bonne chose”

Jeux OlympiquesSeul routier belge assuré de sa sélection pour les Jeux, Remco Evenepoel avait fait du chrono olympique l’un des objectifs majeurs de sa saison 2020,  Il devra patienter un an de plus pour tenter d’offrir une médaille à la Belgique. Mais il le promet: il sera prêt pour Tokyo, en 2021! 

La décision du CIO de reporter les Jeux Olympiques fait évidemment réagir le sport belge. Remco Evenepoel la commente à son tour, dans une vidéo publiée par son équipe, Deceuninck-Quick Step, sur les réseaux sociaux. “C’est évidemment dommage”, commence-t-il. “C’est assez difficile d’apprendre que tout le travail de préparation fourni pour un objectif s’envole. Enfin, il ne s’envole pas, mais on travaille très dur pour préparer un événement qui approche, la motivation est de plus en plus grande et le physique suit. Mais, bien entendu, ce n’est pas le plus important. Le plus important, c’est la santé de tout le monde”, insiste Remco Evenepoel. 

“La seule bonne décision”

Et dans le contexte actuel, Remco Evenepoel estime que le CIO a fait ce qu’il devait faire: “Pour moi le report des Jeux Olympiques était la seule bonne décision à prendre et, bien entendu, je me préparerai pour être prêt en 2021.” 

Vainqueur des Tours d'Algarve et de San Juan et de deux chronos, Remco Evenepoel était en toute grande forme avant l'interruption de la saison.
Plein écran
Vainqueur des Tours d'Algarve et de San Juan et de deux chronos, Remco Evenepoel était en toute grande forme avant l'interruption de la saison. © Photo News

Car, à seulement 20 ans, la jeune promesse du cyclisme belge sait qu’un report d’un an des Jeux Olympique n’est peut-être pas, pour lui, une mauvaise chose: dans un an, il sera sans doute encore plus fort. “Pour moi, ce n’est peut-être pas si mal”, confirme Remco Evenepoel. “Les Jeux auront lieu un an plus tard, ça me laissera une année supplémentaire pour me développer et pour prendre de l’expérience et je ferai tout pour être en grande condition en 2021.”

“Je serai là”

Et, après avoir rappelé quelques conseils de circonstances, d’usages (“restez chez vous”, ‘faites attention à vous”, “prenez soin les uns des autres”), le phénomène du cyclisme mondial conclut son message par des promesses: dès que le cyclisme reprendra ses droits, Remco Evenepoel et ses coéquipiers reprendront leur marche en avant.  “Je vous promets que dès que les courses reprendront, le Wolfpack sera prêt. Et l’an prochain, pour les Jeux Olympiques, je serai là.” 

Ce n’est donc que partie remise pour le jeune coureur belge, champion d’Europe et vice-champion du monde en titre du contre-la-montre, qui faisait déjà partie des grands favoris à la médaille d’or olympique dans l’exercice individuel et qui aura le même statut en 2021. 

  1. Plus de courses cyclistes en Belgique jusqu'au 1er juin inclus

    Plus de courses cyclistes en Belgique jusqu'au 1er juin inclus

    La Cellule de coordination interfédérale de la fédération belge (Belgian Cycling), de la fédération francophone (FCWB) et de la fédération flamande (Cycling Vlaanderen) a décidé de suspendre toutes les courses cyclistes dans notre pays jusqu'à nouvel ordre jusqu'au 1er juin 2020 inclus. Le cyclisme belge, en annonçant cette mesure vendredi, ne fait que suivre la décision similaire prise précédemment par l'Union cycliste internationale (UCI) en raison de la pandémie de Covid-19.
  2. Evenepoel, Van Avermaet et van Aert au départ du Tour des Flandres virtuel dimanche

    Evenepoel, Van Avermaet et van Aert au départ du Tour des Flandres virtuel dimanche

    Dimanche, la "fête nationale" flamande du vélo devait se dérouler à l'occasion du 104e Tour des Flandres. La pandémie de Covid-19 et les mesures de confinement que le gouvernement fédéral a été contraint de prendre en ont décidé autrement. À défaut de pouvoir encourager leurs champions au bord de la route, les amateurs de cyclisme pourront se consoler en assistant dans leur fauteuil à la première édition virtuelle de la course.