Plein écran
Tim Wellens portait le maillot à pois depuis l'arrivée de la 3e étape à Épernay. © Photo News

Tim Wellens a perdu le maillot à pois mais ne s’avoue pas vaincu

Romain Bardet (AG2R La Mondiale) est le nouveau porteur du maillot à pois, celui du meilleur grimpeur du Tour de France. Jeudi, le Français a engrangé 60 points en passant en deuxième position au sommet du Col d'Izoard puis au sommet du Galibier, dépossédant Tim Wellens du maillot à pois qu'il portait depuis l'arrivée de la 3e étape à Épernay.

Pourtant, Wellens avait bien débuté en prenant les 10 points réservés au premier coureur au sommet du Col de Vars. Cela n'aura pas suffi, Bardet comptant désormais 86 points contre 74 au puncheur belge.

"C'est dommage de devoir s'en séparer", a-t-il déclaré à Valloire au terme des 208 km du jour au départ d'Embrun. "J'ai porté ce maillot avec fierté et plaisir depuis le début. C'était une expérience fort amusante. Le plan était d'être présent dans l'échappée et cela a fonctionné. Après j'ai dû me battre contre Bardet pour décrocher les dix premiers points. Mais j'ai ensuite eu plus de mal sur les pentes de l'Izoard. Je n'ai pas pu suivre les meilleurs grimpeurs, c'est dommage car je me sentais bien jusque-là. Bardet est un meilleur grimpeur que moi, il faut savoir l'admettre", a expliqué le Belge, s'étonnant aussi de voir que Tiesj Benoot ne l'a pas attendu sur l'Izoard. "Dommage car je n'étais pas loin.”

Tim Wellens, 28 ans, n'a pas totalement abandonné l'idée de reprendre sa tunique. "J'ai tout fait pour garder ce maillot. Il reste deux jours et je vais encore tenter quelque chose mais je sais bien que cela s'annonce compliqué.”

  1. Vinokourov et Kolobnev acquittés des faits de corruption sur Liège-Bastogne-Liège en 2010

    Vinokourov et Kolobnev acquittés des faits de corruption sur Liè­ge-Bastogne-Liè­ge en 2010

    Les anciens coureurs cyclistes Alexandr Vinokourov et Alexandr Kolobnev ont été acquittés mardi par le tribunal correctionnel de Liège de faits de corruption. Ils étaient suspectés dans le cadre de la victoire de la course Liège-Bastogne-Liège en 2010 qui s’était disputée entre eux. Ils encouraient des peines de six mois de prison. Dans une analyse de 25 pages, le tribunal a considéré qu’il existait des doutes sur les trois points sur lesquels les accusations du ministère public reposaient.