Plein écran
© BELGA
1
FIN
4
  • Mbwana Samatta 85'
  • Patson Daka 43'
  • Takumi Minamino 45'
  • Hwang Hee-Chan 69'
  • Erling Braut Håland 87'

Nouvelle gifle en C1 et pas d’Europa League pour Genk

Hannes Wolf espérait offrir à Genk son premier succès en Ligue des Champions. Il a pu mesurer le chemin qu’il reste à parcourir au Racing pour y parvenir. Courageux, mais naïfs et peu réalistes dans les deux surfaces, les Limbourgeois ont une nouvelle fois montré toutes leurs limites. Résultat? Deux buts tombés juste avant le repos en l’espace de 120 secondes et une incapacité à réagir. Genk est malade, mais pourra bientôt se concentrer sur les compétitions domestiques. Le dernier match de poule à Naples ne relève plus aucun intérêt pour les champions de Belgique, déjà certains de ne plus disputer aucune compétition européenne après la trêve. 

Le match

    • Étoile
    • Étoile
    • Étoile
    • Étoile
    • Étoile

Le Racing n’a rien à faire en Ligue des Champions. Le courage et l’envie de bien faire, cela ne suffit plus à ce niveau-là. L’effectif manque de qualité et de confiance. Dans ces conditions, difficile de lutter avec les meilleures équipes du continent. Pas besoin de chercher bien loin pour prouver la faiblesse de Genk. Contre Salzbourg, l’unique adversaire qui était abordable sur papier, les Limbourgeois ont pris dix buts en l’espace de deux matches et n’ont jamais vraiment existé. 

À la Luminus Arena, les Autrichiens ont gaspillé plusieurs franches opportunités avant de mettre Genk K.O juste avant le repos. Sans vraiment donner l'impression de forcer. À ce moment-là, tout le monde avait déjà compris que la rencontre était terminée. Genk dégage un tel sentiment d’impuissance... Les hommes de Hannes Wolf ont ensuite essayé de réagir, mais sans précision, sans idée et sans réelle conviction. 

Pour la forme, on saluera le but anecdotique de Samatta. Les plus optimistes diront que l'honneur est sauf. 

L’homme du match

Erling Braut Haaland

Compliqué de sortir un joueur du lot à Genk. Celui qui mérite d’être mis en lumière, c’est Erling Braut Haaland. Réserviste au coup d’envoi, la pépite norvégienne de 19 ans est parvenue à inscrire son huitième but dans cette Ligue des Champions. 

Haaland n’est plus qu’à deux unités de Robert Lewandowski (10), qui a signé le quadruplé le plus rapide de la Ligue des champions, mardi.

Il aurait même pu (et dû) afficher un compteur plus élevé, si l’arbitre puis le VAR ne l’avaient pas privé d’un but parfaitement valable. 

La statistique

16

Genk a déjà encaissé 16 buts  depuis le début de la campagne, soit une moyenne supérieure à trois buts par match. Si le jeune portier Coucke est appelé à se retourner lors de la dernière journée, le Racing battra un triste record. Lors de leur première participation à la C1 lors de la saison 2002-2003, les Limbourgeois avaient concédé 9 buts. Sept de moins que lors de l’exercice 2011-2012 (16). 

Dans le rectangle adverse, en revanche, c’est un peu mieux. Lors de ses deux précédentes participations Genk n’avaient inscrit que deux buts. Un total déjà doublé cette année, avec quatre réalisations au compteur. 

Plein écran
© BELGA

Le tweet

La déclaration

Citation

On a beaucoup appris”

Sébastien Dewaest