Plein écran
© AP
0
FIN
0

Un visage séduisant et un point encourageant pour Genk

Après la déroute initiale à Salzbourg, Genk a offert un bien meilleur visage face à Naples en Ligue des Champions (0-0). Le Racing, qui a pu compter sur un brin de réussite en première période, est resté organisé et concentré jusqu’au bout et engrange un point mérité. Belle semaine pour les clubs belges en C1. 

Le match

    • Étoile
    • Étoile
    • Étoile
    • Étoile
    • Étoile

Ce n’était certainement pas le match le plus palpitant de l’histoire de la Ligue des Champions, mais peu importe. L’essentiel est ailleurs. Après la gifle reçue à Salzbourg, Genk redoutait sans doute une nouvelle soirée cauchemardesque, cela n’a pas été le cas. Mieux, les Limbourgeois ont même vu la réussite leur sourire.

Avant le repos, Naples a frappé trois fois le cadre du but de Coucke et Hrosovsky s’est substitué à la chance pour sauver un ballon à même la ligne. Un miracle de regagner les vestiaires avec une cage inviolée? Peut-être, même si le Racing n'a pas non plus été outrageusement dominé. 

Mieux en place, moins respectueux et naïfs, les hommes de Felice Mazzu ont livré le match presque parfait. Ils ont également hérité d’opportunités intéressantes et auraient même pu revendiquer un succès historique, mais ce partage blanc s’apparente déjà à une victoire en regard de l’adversaire et de la première sortie en C1. Mission accomplie. 

L’homme du match

Felice Mazzu
Ciblé après la lourde défaite en Autriche, Felice Mazzu mérite sans doute d’être à nouveau mis en avant après la belle résistance offerte par ses joueurs face à Dries Mertens et ses équipiers. 

Le dénouement du derby limbourgeois, et cette avance de trois buts galvaudée, aurait pu affecter davantage le moral des troupes limbourgeoises. Mais malgré les quelques coups durs encaissés ces dernières semaines, le Racing a fait preuve de courage et même d’audace, par moments. Ce Genk-là n’a rien d’une équipe malade. 

Le travail psychologique opéré par Felice Mazzu ces derniers jours a certainement été prépondérant. Sur l’aspect tactique, il a également réussi son pari et il n’a pas hésité à poser des choix forts en laissant, par exemple, Sébastien Dewaest une nouvelle fois sur le banc.

Citation

“Toute la Belgique peut être fière de cette équipe”

Felice Mazzu
Plein écran
© BELGA

La statistique

14

Le Racing vient d’enchaîner un 14e match sans victoire en phase finale de la Ligue des Champions. Lors de leur première participation en 2002-2003, les Limbourgeois avaient concédé quatre partages et deux défaites dans un groupe comprenant l’AEK Athènes, l’AS Roma et le Real Madrid. 

En 2011-2012, le Racing avait engrangé trois points grâce à autant de matches nuls. Genk était parvenu à accrocher chacun de ses adversaires, à savoir Chelsea, Valence et le Bayer Leverkusen. 

En l’espace de quatorze matches, toutes participations confondues, c’est déjà le quatrième nul blanc signé par les Limbourgeois.