Plein écran
© REUTERS

Le meilleur film crée la surprise, les larmes de Brad Pitt, Elton John et Joaquin Phoenix, rien pour la Belgique

Il y a eu beaucoup de larmes cette année aux Oscars. On a senti Brad Pitt, meilleur acteur dans un second rôle, sur le fil, heureux d’être reconnu à sa juste valeur d’acteur pour la première fois de sa carrière. Joaquin Phoenix, meilleur acteur, était, lui aussi, bouleversé. Tout comme Elton John, récompensé aux côtés de Bernie Taupin. Leur joie était palpable. Mais celle de Bong Joon-ho qui, avec “Parasite”, a tout raflé même la récompense ultime, celle du meilleur film, l'était encore plus. Retour sur la cérémonie que 7sur7 suivait, pour vous, en direct. 

Janelle Monae a ouvert la cérémonie des Oscars en essayant dès le début de la soirée de mettre l’ambiance au premier rang. Il fallait oser. Elle a débuté en douceur avec une reprise de “A beautiful Day in the Neighborhood” interprété par Tom Hanks dans le joli film du même nom. Elle a ensuite pris son envol avec des chansons tirées du “Joker” ou bien du biopic sur Elton John, “I’m still standing”. La chanteuse a tenté de faire chanter Brad Pitt, qui s’est prêté au jeu avec le sourire mais malgré tout loin du micro et Leonardo DiCaprio qui a évité l’exercice en rigolant.

Chris Rock et Steve Martin ont ensuite lancé la cérémonie. Ils ont déjà assuré dans le rôle de maître de cérémonie. Ils savaient donc que faire pour bien faire. C’était drôle et rythmé. Ils ont soulevé tous les reproches faits aux Oscars entre autres blagues. Steve Martin en regardant Brad Pitt: “Brad Pitt est là, c’est comme si je me regardais dans un miroir.” Chris Rock au sujet de Mahershala Ali: “Il a deux Oscars? Tu sais ce que ça veut dire quand les flics l’arrêtent? Rien.”

En s’adressant à Jeff Bezos, patron d’Amazon: “Jeff est si riche. Il divorce et c’est toujours l’homme le plus riche du monde. Il a vu Marriage Story, il a cru que c’était une comédie.” Les deux compères ont fait référence au manque de reconnaissance des femmes cette année encore aux Oscars. “Il manque quelque chose cette année”, a noté Steve Martin. “Oui, des vagins”, a répondu Chris Rock.

Brad Pitt, meilleur acteur dans un second rôle

Le premier prix de la soirée a été attribué à Brad Pitt. Il a reçu l’Oscar du meilleur acteur dans un second rôle pour “Once Upon a Time... in Hollywood”. Il a tout raflé cette année lors des cérémonies de remises de prix et il avait enchaîné les discours plein d'humour. Aux Oscars, c'était l’émotion qui primait. Brad Pitt a remercié ceux qui lui ont donné sa chance avec les larmes aux yeux et il a dédié son Oscar à ses enfants qui influencent tout ce qu’il fait.

C’est le premier Oscar de sa carrière en tant qu’acteur. Il en avait gagné un pour avoir produit “12 years of slave”. Son émotion était touchante.

Plein écran
© AFP

“Toy Story 4", meilleur film d'animation

Toy Story devient la première franchise à remporter deux Oscars dans la catégorie film d’animation. “Toy Story 3" avait remporté un Oscar en 2011. “Nous espérons que vos aventures avec Woody et Buzz vous ont permis de grandir un peu plus facilement”, a confié le réalisateur Josh Cooley à l'audience.

Plein écran
© AFP

“Hair Love”, meilleur court-métrage d'animation

“Hair Love” est un court-métrage d’animation qui raconte comme un papa afro-américain apprend à faire les cheveux de ses filles pour la première fois.

“Parasite”, meilleur scénario original

Première victoire de la soirée pour “Parasite”. Le film vit une belle histoire depuis mai dernier, et la Palme d’or reçue à Cannes.

Plein écran
© AFP

“Jojo Rabbit”, meilleur scénario adapté

Taika Waititi a remercié sa mère. Comme Brad Pitt avant lui, il avait également les larmes aux yeux lors de son discours.

“The Neighbor’s Window”, meilleur court-métrage

La Belgique était en lice dans cette catégorie pour “Une soeur”. La belle aventure de Delphine Girard, dont nous vous proposions l’interview il y a quelques jours, s'arrête ici. 

“Once Upon a Time... in Hollywood”, meilleur décor

“Les quatre filles du Docteur March”, meilleurs costumes

“American Factory”, meilleur documentaire

Les droits de distribution du film “American Factory” ont été rachetés par le couple Obama. Le documentaire est une plongée dans le quotidien d’une usine de l’Ohio rachetée par des Chinois, situation atypique à contre-courant du mouvement qui a vu de nombreuses entreprises américaines délocaliser leur production en Chine. 

Le milliardaire Cao Dewang a repris en 2014 l’usine de pare-brises de Moraine, abandonnée six ans plus tôt par le constructeur emblématique des Etats-Unis, General Motors. Peu de temps après la présentation du film au festival de Sundance, en janvier 2019, Barack et Michelle Obama ont acheté les droits de distribution par le biais de leur nouvelle société de production, Higher Ground Productions. L’ex-couple présidentiel a ensuite négocié la diffusion sur la plateforme Netflix, qui s’était engagée à projeter le documentaire dans quelques salles.

“Félicitations à Julia (Reichert) et Steven (Bognar), les réalisateurs derrière American Factory, pour avoir raconté une histoire si complexe et touchante au sujet des conséquences humaines de changements économiques déchirants”, a tweeté Barack Obama après l’attribution de l’Oscar. Michelle Obama lui a fait écho, et rendu hommage au “coeur et à l’honnêteté” du couple de metteurs en scène. “Les meilleures histoires sont rarement ordonnées ou parfaites”, a-t-elle écrit sur son compte Twitter. “Mais c’est là que se trouve bien souvent la vérité”, a-t-elle ajouté.

“Notre film est d’Ohio et de Chine”, a déclaré Julia Reichert, en recevant son prix. “Mais il pourrait être de n’importe où.” “C’est de plus en plus dur pour les ouvriers aujourd’hui”, a-t-elle dit, “et nous pensons que les choses iront mieux quand les ouvriers s’uniront”.

“Learning to Skateboard in a Warzone (If You’re a Girl)”, meilleur court-métrage documentaire

Laura Dern, meilleure actrice dans un second rôle pour “Marriage Story”

Dans “Marriage Story”, Laura Dern a laissé tout le monde sans voix avec un monologue sur l’amour, sur le divorce, sur la façon dont les hommes et les femmes étaient traités différemment. Il était presque impossible de ne pas lui accorder ce prix. Elle l’a dédié à sa mère Diane Ladd, présente dans l’assemblée et bouleversée, et son père, l’acteur Bruce Dern. Laura Dern fêtera ses 53 ans ce lundi. Un beau cadeau d’anniversaire.

Plein écran
© Chris Pizzello/Invision/AP

“Ford vs Ferrari”, meilleur montage son

“1917", meilleur mixage son

“1917", meilleure photographie

“Ford vs Ferrari”, meilleur montage

“1917", meilleurs effets spéciaux

“Scandale”, meilleur maquillage et meilleure coiffure

“Parasite”, meilleur film international

C'était attendu mais la victoire n’en est pas moins bonne: “Parasite”, du réalisateur sud-coréen Bong Joon-ho, a remporté dimanche l’Oscar du meilleur film international, une catégorie auparavant appelée “meilleur film en langue étrangère”. Encensé par la critique et déjà Palme d’or au festival de Cannes, “Parasite”, un hybride entre thriller, comédie familiale et satire corrosive sur les inégalités sociales, est le premier film coréen à être primé aux Oscars. “Quand vous aurez surmonté la barrière des deux centimètres de sous-titres, vous découvrirez des films étonnants”, avait lancé avec humour Bong Joon-ho en recevant un Golden Globe le mois dernier.

“Joker”, meilleure musique de film

“(I’m Gonna) Love Me Again” (“Rocketman”) de Elton John et Bernie Taupin

Bernie Taupin, parolier, a confié: “Etre ici avec ce mec... Je n’ai même pas les mots pour le décrire. Ca justifie 53 ans d’insistance et 53 ans à faire ce que nous faisons.” Elton John, très ému, a déclaré: “Merci à Bernie, qui a été la constante dans ma vie. Quand je foirais tout, quand j’étais normal, il a toujours été là pour moi.”

Plein écran
© EPA

Bong Joon-ho, meilleur réalisateur pour “Parasite”

Le réalisateur sud-coréen pensait en avoir fini avec les Oscars après avoir reçu le prix du meilleur film international. Le rêve continue: Bong Joon-ho a battu des maîtres dans leur domaine. Quentin Tarantino n'a pas pu s’empêcher d'afficher sa déception quand le nom de son concurrent a été cité. “Je vais boire jusqu’à demain matin”, a déclaré Bong Joon-ho en quittant la scène.

Plein écran
Bong Joon-ho avait du mal à y croire. © AFP

Joaquin Phoenix, meilleur acteur pour “Joker”

Joaquin Phoenix a livré un discours très engagé. Depuis le début de la saison de remises de prix, il a défendu ses valeurs. Il a profité de sa tribune aux Oscars pour taper sur le clou. Il a parlé des “problèmes affligeants auxquels nous sommes confrontés”: le racisme, l’égalité, les questions de genre, de droits des animaux et d’environnement. “Nous sommes déconnectés du monde naturel. Nous nous sentons en droit d’inséminer artificiellement une vache et quand elle accouche, nous lui volons son bébé et nous prenons le lait qu’elle destinait à son veau pour le mettre dans notre café.” 

Concernant son travail, il a admis: “Je ne sais pas ce que je serais sans le cinéma. (...) J’ai été scandaleux, cruel parfois, ça n’a pas toujours été facile de travailler avec moi. Beaucoup d’entre vous m’ont donné une seconde chance.” Il a eu une pensée pour son frère et a quitté la scène la gorge serrée par l’émotion et les yeux plein de larmes.

Renee Zellweger, meilleure actrice pour “Judy”

Plein écran
© AFP

Retour gagnant à Hollywood pour Renée Zellweger: la texane a remporté dimanche l’Oscar de la meilleure actrice pour son interprétation de la légendaire Judy Garland dans “Judy”, une renaissance après une longue période loin des projecteurs et des studios. Après ses premiers succès à la fin des années 1990, Renée Zellweger avait rapidement conquis le monde du cinéma, décrochant trois nominations à la suite aux Oscars pour “Le Journal de Bridget Jones” (2002), “Chicago” (2003) et “Retour à Cold Mountain”, qui lui avait valu en 2004 la statuette du “meilleur second rôle”.

Sa carrière s’était progressivement et inexplicablement ralentie et Renée Zellweger avait fini par se mettre en retrait des tournages en 2010. Elle s’était remise en selle en 2016 en participant à différents projets d’envergure modeste, à commencer par la suite du célèbre “Journal de Bridget Jones” qui l’avait révélée au grand public. Il aura toutefois fallu attendre “Judy” et sa performance dans le rôle de l’enfant prodige devenue grande pour sceller son retour, à 50 ans, dans la cour des grands.

“Judy Garland n’a pas reçu les honneurs qu’elle méritait en son temps”, a déclaré Renée Zellweger sur la scène des Oscars. “Mme Garland, vous êtes certainement parmi les héroïnes qui nous unissent et nous définissent, et (cette récompense) est sans aucun doute pour vous”, a-t-elle déclaré, statuette dorée à la main.

“Parasite”, meilleur film

Le film sud-coréen “Parasite” a été sacré meilleur film aux Oscars, un énorme coup de théâtre alors que “1917" de Sam Mendes était favori. En s’imposant dans la catégorie reine, le film a parachevé une soirée historique, en cumulant les prix du meilleur film, du meilleur réalisateur, du meilleur film international et du meilleur scénario original.

Les lumières se sont brièvement éteintes durant les discours de remerciements de l’équipe de “Parasite”. La réaction de Charlize Theron et Tom Hanks au premier rang fait plaisir à voir.

  1. Les fans de Johnny Depp réclament qu’Amber Heard perde son rôle dans “Aquaman”

    Les fans de Johnny Depp réclament qu’Amber Heard perde son rôle dans “Aqua­man”

    Les fans de Johnny Depp sont furieux. Après la récente publication d’une conversation téléphonique entre l’acteur et son ex Amber Heard, dans laquelle celle-ci admet avoir été violente, nombreux d’entre eux souhaitent défendre leur idole coûte que coûte. Ils exigent que l’actrice perde son rôle dans le nouveau film “Aquaman” et son contrat avec la marque L’Oréal, dont elle est l'égérie.
  2. Donald Trump critique les Oscars et tacle Brad Pitt
    Play

    Donald Trump critique les Oscars et tacle Brad Pitt

    Donald Trump a critiqué les Oscars jeudi. Il regrette que le film “Parasite” ait remporté l’Oscar ultime, celui du meilleur film. “Vous avez vu à quel point les Oscars étaient mauvais, cette année? Le gagnant est un film de Corée du Sud. Qu’est-ce que c’est que ça?”, a-t-il dit devant une foule acquise à sa cause à Colorado Springs. “Nous avons assez de problèmes avec la Corée du Sud dans le commerce et en plus, ils leur donnent l’Oscar du meilleur film de l’année? C’était bien? Je ne sais pas!”