Plein écran
Ils travailleront sur l’élaboration d’un plan d’action. © Frank Rumpenhorst/dpa

Les syndicats rencontrent à nouveau la direction de Thomas Cook ce mercredi

Les syndicats de Thomas Cook Belgique rencontreront à nouveau la direction mercredi pour la mise en place d'un plan d'action dans le cadre de la demande de protection contre les créanciers. "C'est la direction elle-même qui nous a invités à réagir à ce plan d'action, car il aura également un impact sur le personnel", a indiqué Els De Coster du syndicat libéral. Le personnel se pose encore beaucoup de questions sur le développement de ce dossier, notamment pour les 75 employés des sociétés déclarées en faillite.

Le personnel des agences s'est rendu au travail mercredi, confirme Els De Coster. "Pas avec le plus grand enthousiasme, car il reste beaucoup de questions sur la suite des événements", ajoute la syndicaliste. Ces travailleurs relèvent de Thomas Cook Retail Belgium, qui compte plus de 500 employés et que la direction souhaite relancer.

Mardi, la direction avait déjà indiqué vouloir impliquer les partenaires sociaux. Els De Coster apprécie cette volonté mais ne s'attend pas à ce que les syndicats obtiennent des informations sur les potentiels acquéreurs. "Je comprends que la direction veuille garder le secret pour le moment. Il est maintenant particulièrement important que la demande de protection contre les créanciers puisse se dérouler dans la sérénité.”

On ne sait pas encore à quelle heure les syndicats et la direction se rencontreront ce mercredi.
Le tribunal de l'entreprise de Gand a déclaré en faillite mercredi trois sociétés de Thomas Cook en Belgique. Il s'agit de Thomas Cook Belgique (70 collaborateurs), Thomas Cook Retail (5) et Thomas Cook Financial Services, qui ne compte aucun employé. 

  1. Enquête sur une gorgée de vin fatale: de la drogue insérée dans une bouteille encore fermée

    Enquête sur une gorgée de vin fatale: de la drogue insérée dans une bouteille encore fermée

    Le parquet d’Anvers mène une enquête après le décès suspect d'une femme de 41 ans à Puurs-Sint-Amands fin 2019. La quadragénaire a succombé après avoir bu une simple gorgée d'un verre de vin “RED Merlot Cabernet Sauvignon 2016" de la marque Black&Bianco. La bouteille aurait été manipulée et une dose mortelle de MDMA (amphétamines) aurait été ajoutée dans le liquide. Le parquet avertit tout détenteur d’une bouteille similaire d'un risque potentiel et indique qu’il convient de prévenir la police si le bouchon d'une de ces bouteilles semble avoir été manipulé.